Papandreou prend date

par · 6 novembre 2011

Conspué par la classe médiatico-politique européenne, bousculé par son peuple, contourné par son opposition de droite, Georges Papandreou sort de l’épreuve par le haut. Il obtient le plan de soutient à la Grèce, obtenant au passage la diminution de 5o% de la dette grecque. Il a vu sa proposition de référendum refusée par d’autres que lui (Nicolas Sarkozy et l’opposition de droite grecque). Il a obtenu le vote de confiance. Et maintenant en se sacrifiant, il oblige la droite à prendre en charge le plan d’austérité, la privant de l’argument massue pour les prochaines élections législatives. Et ramène via l’union nationale un calme relatif. Gageons qu’ainsi il prend date. La crise va maintenant passer à l’Italie.

catégorie Ecrits, Europe, Expressions

Les commentaires1 Commentaire

  1. topaz dit :

    Le peuple grec ne comprend pas que ses dirigeants ne maitrisent plus rien. Papadréou a pris ses responsabilités. Humilié à Cannes, dépassé par l’ampleur de la gravité d’une situation qu’il n’a pas su anticiper, il fait, à défaut de faire mieux, de ce qu’il croit être bien pour son pays. Il partira mais avec le temps et le recul les Grecs le comprendront. Berlusconi ne veut pas partir. Les Italiens ne comprennent pas.
    François Hollande non plus n’est pas préparé à ce qui l’attend si demain il gagne.