La stratégie de pré-campagne de Nicolas Sarkozy: une mesure punitive par jour !

par · 16 novembre 2011

Le délai de carence, les « fraudeurs de la sécu », les « feignants du RSA », les profs qui bossent pas, les « profiteurs » du système social… Nicolas Sarkozy passe en revue tous les poncifs de la droite « beauf ». Cette course à l’immonde doit permettre de reprendre pied dans un électorat qui l’a lâché et développé une thématique en résonance avec l’électorat du front. Nicolas Sarkozy invente la démagogie d’Etat. Il veut dresser un mur entre une gauche bien pensante et lui comme le fit en son temps Georges Frêche ou même Silvio Berlusconi, même si je ne les compare pas. La réponse n’est pas des plus simples tant Nicolas Sarkozy joue sur les frustrations. Il faut défendre avec force les règles, souligner que Nicolas Sarkozy critique son propre bilan, et pointer le vrai projet: demain c’est la fin de la solidarité sociale pour tous. Nicolas Sarkozy s’attaque à l’Etat social !

Les commentaires3 Commentaires

  1. topaz dit :

    Patrick a raison. Le projet socialiste fourmille de pistes. Il faut les mettre en musique et offrir à l’électorat une mesure alternative par jour, sur le fond et pas sur les bisbilles d’un mot sur un texte.

  2. Patrick P. dit :

    Face à ces mesures punitives, les Socialistes devraient être en capacité de proposer des réponses, concrètes, efficaces et convaincantes, aux attentes et aux inquiétudes de l’électorat, dont fourmillent leur projet pour 2012, plus que jamais d’actualité.

  3. topaz dit :

    Pas de Camba dans l’équipe de campagne de F. Hollande. Vous comptez les points ? Hélas non, c’était une boutade. Vous gardez la main « libre » pour les coups de gueule et ramener les égarés dans le pré-carré gagnant. C’est le rôle le plus ingrat et le plus difficile au-dessus de la mêlée. La rançon d’une fidélité à toute épreuve pourrait devenir cerise sur le gâteau et arbitrer avec succès le combat de l’unité. François Hollande aura besoin de tous les talents qui l’entourent.