Germanophobe ? Non ! « Merkelophobe » peut-être !

par · 3 décembre 2011

Il faut repousser les analyses à l’emporte-pièce vis-à-vis de l’Allemagne. Jamais hier celui-ci ne fut collectivement responsable de la solution finale. Il n’est pas non plus admissible de solidariser le peuple allemand avec Madame Merkel, alors que celle-ci est régulièrement battue dans les élections locales ou régionales. Il est tout aussi discutable de dire « touche pas à Madame Merkel » comme le sous-entend Monsieur Juppé. Madame Merkel est une démocrate. Mais on peut, on doit critiquer le dogmatisme de la droite allemande. On peut, on doit contester le pacte d’austérité du directoire Merkel-Sarkozy. D’abord parce que cette politique conduit l’Europe à l’éclatement. Ensuite, c’est en ciblant la droite allemande que l’on combat la remontée de la germanophobie. Enfin c’est en interdisant la critique de la droite allemande pour protéger Nicolas Sarkozy, qu’on le construit.

catégorie Ecrits, Expressions

Les commentaires2 Commentaires

  1. topaz dit :

    Que le PS se calme avec toutes ces allusions à la seconde guerre mondiale. C’est grotesque et indigne de réveiller cette page funeste de l’histoire au moment où l’Europe a tellement de difficultés à se structurer. Laurent Fabius est de retour. Qu’on l’écoute. Trouvez autre chose pour contrer Sarkozy, et surtout, parlez-nous d’avenir.

  2. Patrick P. dit :

    Oui, la politique de Madame Merkel est blâmable et le suivisme de Monsieur Sarkozy condamnable. Mais le fait est que ce florilège de critiques germanophobes (où certains Socialistes ont pu se fourvoyer par excès de verbe et où d’autres ont été d’ailleurs bien plus virulents) a empêché les médias de suffisamment célèbrer la création de sa vingt-cinquième taxe par le gouverment Fillon…