Un tournant: un nouvel axe franco-allemand

par · 5 décembre 2011

Le congrès du SPD fut marqué par le discours de Helmut Schmit. Le vieux leader a soulevé le congrès, en réaffirmant le dessein européen de l’Allemagne, mais surtout en disant « la prise en charge des déficits est notre destin » fustigeant Madame Angela Merkel « (qui) par sa politique isolait l’Allemagne ».

Cette intervention pavait le chemin d’une intervention de François Hollande. Par un clin d’oeil du destin Nicolas Sarkozy en insistant pour que Angela Merkel vienne à Paris ce jour, le candidat sortant a offert au SPD et à François Hollande une tribune, une visibilité pour leur alternative au couple, au directoire Sarkozy/Merkel. Ce moment est un tournant dans la campagne. Il y a un choix entre le déclin et le renouveau.

Dans un discours maintes fois applaudit, François Hollande a dessiné une alternative, en Europe avec son pacte, eurobond et politique coordonnée et complémentaire, taxation des mouvements de capitaux etc, mais ouvrant aussi sur un nouveau traité de l’Elysée franco-allemand accentuant la collaboration entre les deux pays sans renoncer aux cultures et à la souveraineté. François Hollande a pris date sur le futur traité de Merkel et Sarkozy un accommodement ne réglant pas l’urgence. Il a refusé des budgets sous le coup d’une décision de justice. Il a dressé le visage d’une Europe de progrès, d’un volontarisme européen porté par les sociaux démocrates allemands et les socialistes français.

Les commentaires1 Commentaire

  1. topaz dit :

    C’est la première fois que vous nous parlez de F. Hollande.