Jacques Chirac: une condamnation plus morale que pénale

par · 15 décembre 2011

Les magistrats de la 11e chambre n’ont pas voulu passer l’éponge. Jacques Chirac pouvait-il passer au travers cette dernière affaire ? Après tant de rebondissements, après tant de dérobades sur tant d’affaires où il fut épargné. Etait-il possible que la justice ne passe pas ? C’était certes une période aujourd’hui révolue mais Jacques Chirac ne s’est pas embarrassé de questions, utilisant les fonds publics pour sa carrière. Aujourd’hui le réquisitoire est plus lourd que la sanction. Même si elle est une première vis-à-vis d’un ancien président, et que ce dernier est très âgé. Si il n’y a pas eu de mansuétude, c’est que le tribunal ne voulait détacher Jacques Chirac de ses collaborateurs. Ces derniers lourdement condamnés comme Alain Juppé fortement inquiété, comme Robert Pandraud ou Michel Roussin. Il y aurait eu là, comme une injustice face à cette impunité. La justice est passée, tournons la page.

Les commentaires3 Commentaires

  1. topaz dit :

    Une condamnation pénale juste pour le bourreau du jeune Valentin. La justice fait son travail, mais lorsqu’elle juge, il est trop tard pour trop de victimes d’actes sadiques du viol au meurtre. La défense invoque, dans son jargon d’avocat, le handicap mental au discernement altéré … Est-ce une excuse pour massacrer un enfant ou le mettre dans le tambour d’un lave-linge ?
    C’est notre société qui est coupable de non discernement, et nos politiques, qui à chaque nouveau drame déplorent, sont impuissants dans leurs résolutions.

  2. topaz dit :

    Le mot est lâché, la récession sera dans le paysage du prochain président …

  3. topaz dit :

    Un ancien président fatigué est condamné à la prison avec sursis, un ex futur président imprudent est jeté en prison … Le premier aimait les femmes et s’est fait rattraper par les affaires, le second s’est sorti des affaires et s’est fait rattraper par les femmes ! La justice doit être juste pour tous. L’âge, la maladie, la lenteur du judiciaire français ne devaient pas être des éléments à décharge. Comme vous le dites, Alain Juppé a payé le prix fort. Et puis ainsi la justice est passée, cela fait un sujet de polémique de moins pour le PS.