La France de Nicolas Sarkozy valet d’Angela Merkel

par · 25 janvier 2012

Lorsqu’on voit Angela Merkel recevoir à Berlin tout ce qui bouge en Europe. Lorsqu’on constate que Madame Merkel ouvre le sommet de Davos. Lorsqu’on regarde Mme Merkel obtenir dans le nouveau traité tous ce qu’elle veut: discipline budgétaire sans euro bond, sans indépendance de la banque centrale, sans interdiction des produits toxiques, sans taxation efficace des transactions financières, sans l’interdiction des activités dans les paradis fiscaux, etc. Et ceci malgré les résolutions hostiles du Parlement européen. Lorsqu’on écoute mezzo vocce les officiels français constater, amers, qu’Angela Merkel est devenue « Madame Nein » ! On se dit que ce n’est même plus le « Merkozy » mais le « Merkel tout court ». La France de Nicolas Sarkozy réduite à la position de valet de Madame Merkel. Ce sera l’un des plus grands échecs de Nicolas Sarkozy. D’abord pour le statut de la France mais surtout parce qu’Angela Merkel a enfermé l’Europe dans le piège du tout austérité budgétaire.

catégorie Ecrits, Expressions