Veillée d’armes !

par · 12 février 2012

Nicolas Sarkozy va se lancer avec les valeurs de Marine Le Pen pour la France et le traité de Mme Merkel pour l’Europe et la crise. Il ne s’agit plus seulement de battre Nicolas Sarkozy pour ce qu’il a fait, mais de le défaire pour ce qu’il se propose de faire. On l’a compris, en 2007, il triangulait, empruntant à la gauche nombre de thèmes car il voulait incarner la rupture avec Jacques Chirac. Il se proposait de réduire le FN en lui disputant l’électorat populaire.

En 2012, il se veut campiste. Bilan calamiteux oblige, il tente de faire revivre un droite-gauche. Et il dresse une nouvelle frontière entre les Français en jouant avec l’extrême droite – la communauté de destin – persuadé qu’il est que la France est de droite. Ce faisant il annonce un quinquennat épouvantable pour la France. Ce « MERKPEN » serait non seulement une épreuve pour les Français, les plongeant dans la division et la récession. Mais ce serait inadapté pour la France. Il ferait perdre à celle-ci la bataille de la décennie qui vient. Nicolas Sarkozy vient de donner un sens inattendu à l’antisarkozysme dominant. Celui-ci se nourrissait du bilan des promesses non tenues et du style. Il vient par la captation des valeurs frontistes et l’adoption du traité de Mme Merkel d’ouvrir un « jamais ça » dans la campagne !

La présidentielle monte d’un ton. Elle devient le théâtre d’une controverse réelle sur l’avenir. François Hollande va non seulement être le vote qui bat Nicolas Sarkozy, mais celui qui fait barrage à la catastrophe annoncée par l’orientation proposée par le sortant. Nicolas Sarkozy voulait renverser la table en rentrant en campagne. Il renverse la France. Et de fait se jetant sur une ligne de droite dure dans l’arène, Nicolas Sarkozy divise et François Hollande rassemble.

Les commentaires1 Commentaire

  1. Patrick P. dit :

    La bataille électorale commence pour de bon. Bien que chaotique, le camp des conservateurs, libéraux, réactionnaires associés va se mobiliser sur tous les fronts. Mensonges, manipulations, promesses, coups bas, abus de position, tricheries, rien ne sera épargné aux électeurs, à l’opinion publique, aux observateurs et au candidat de l’alternance. Constance, persévérance, patience sont les qualités dont il devra dès lors le plus user. Son entourage et ses supporters également.