Journée internationale du droit des femmes

par · 8 mars 2012

A l’occasion de la journée du 8 mars, rappelons simplement quelques éléments :

En 2011, les salariées gagnent encore 27 % de moins que leurs homologues masculins ;

Dans les postes de direction, les femmes restent toujours sous-représentées et pire, elle continuent d’être sous-rémunérées ;

Le niveau de qualification des salariées est encore trop souvent sous évalué y compris quand celles-ci sont plus diplômées ;

La progression dans les entreprises est, pour cause d’interruption de carrière plus fréquentes, souvent freinées ;

Le travail à temps partiel subi l’est à 80 % par des femmes, et particulièrement les moins qualifiées d’entre elles ;

Et la précarité touche majoritairement les femmes, qui occupent encore quelques 60 % des Contrats à Durée Déterminée et voient la multiplication des contrats de moins de quinze heures par semaine…

C’est face à cette réalité, que le Sénat a adopté en février dernier, une proposition de loi relative à l’égalité salariale et professionnelle entre hommes et femmes, défendant la nécessité de passer de l’incitation juste pour les entreprises à la contrainte nécessaire. Incitation à la contrainte axée sur l’application d’un dispositif de pénalité financière sanctionnant les entreprises qui ne respecteraient pas leurs obligations en matière d’égalité professionnelle. Et l’application de cette contrainte doit être garantie par l’Etat. Et s’il est élu, François Hollande, s’y est engagé !

Les entreprises auront donc un an pour se mettre en conformité avec la loi. Ce délai passé, toute entreprise qui ne se sera pas pliée à la loi, perdra le bénéfice les exonérations de cotisations sociales ainsi que les réductions d’impôts lui étant, le cas échéant, applicables. L’égalité professionnelle et salariale n’est pas seulement une question de bon sens ou d’affichage, c’est un engagement d’égalité et de justice pour toutes et tous !

catégorie Actualité, Agenda