Nicolas Sarkozy dans la difficulté

par · 22 mars 2012

La charge de Valérie Rosso-Debord puis celle de Jean-François Copé contre François Hollande illustrent la difficulté de Nicolas Sarkozy à gérer les conséquences de la tuerie et la continuité de sa campagne. La posture de challenger maniant le « bourre pif » contre son adversaire n’est pas compatible avec le moment d’émotion nationale que doit accompagner un président en exercice.

Nicolas Sarkozy s’était maintenu grâce à une campagne clivante, faisant de la stigmatisation le moteur d’une remobilisation de son camp. Dans le moment actuel, le Président sortant ne peut s’attaquer aux corps intermédiaires, aux chômeurs, voire flirter avec le discours sur la supériorité des religions et le problème de l’immigration. La première attitude n’était pas sans problème mais mobilisait, la seconde démobilise. D’autant que Marine Le Pen d’un coté voire François Bayrou de l’autre ont chacun repris leur couloir avec gourmandise.

Alors Nicolas Sarkozy fait donner la garde contre François Hollande, ce qui fait désordre dans ce moment où il prône le rassemblement. D’autant qu’une seconde contradiction redoutable pour lui apparaît. On ne peut critiquer une prétendue naïveté des socialistes sur le terrorisme alors que depuis 10 ans on administre le ministère de l’Intérieur. On ne peut pointer un défaut de vigilance de la gauche alors que la droite a eu la majorité et fait voter des dizaines de lois répressives, stigmatisantes, etc. S’engager sur sur terrain c’est souligner sa propre incurie. Voilà qui complique singulièrement – au delà de la friabilité du moment – la suite pour Nicolas Sarkozy. Le candidat doit se débarrasser du Président. Le Président doit mettre en sourdine le candidat. Le double corps de Nicolas Sarkozy n’est pas simple à gérer.

Les commentaires2 Commentaires

  1. jean dit :

    NS avec ses mesurettes donne l’ampleur de son fiasca sécuritaire.depuis 10 ans qu’il doit nous protéger on en arrive à être pétrifié de peur.
    NS et l’UMP enfument pour éviter que leurs grosses responsabilités dans les attentats largement évitables sans gros dysfonctionnements du renseignement et de la surveillance plus fort sur les fadettes que pour appréhender les terroristes.franchement avec ce pouvoir on ne se sent pas en sécurité et personne de bonne foi ne peut dire le contraire..Même la communauté juive se dit dans l’insécurité totale.La politique sécuritaire manque de cap, de discrétion, trop dans l’affichage donc elle a cruellement échoué.je regrette daniel vaillant et sa discrétion légendaire.
    L’UMP et NS auront du mal à faire croire que ces attentats commis par un individu fiché, surveillé d’après guéant n’étaient pas évitables et c’est pour masquer cela que copé fidèle à son agressivité légendaire enfume en attaquant hollande qui a montré qu’il était habité par la fonction.la politisation et la récupération bassement électorales de l’ump et de NS ne passeront pas, car les gens savent qui n’ assurent pas leur nécessaire sécurité depuis 10 avec le fiasco qu’on connait (+ de 22% les atteintes aux personnes sur 10 ans, record du monde en cours).Donc un peu de décence et de responsabilité à l’ump.Copé voulant éliminer fillon en fait trop auprès du roi pour être accepté…

  2. jean dit :

    sans polémique depuis 10 ans que NS assure notre sécurité on est bouffée par la peur partout (bus, métro, rues, magasins, écoles,etc)..le rapport conflictuel et médiatique avec les caïds les excitent. des armes lourdes circulent, des zones de non droit fleurissent, des agressions aux personnes de plus en plus violentes…ces attentats étaient pour tous les spécialistes largement évitables sans dysfonctionnements dans le renseignement et la surveillance.pourquoi le plan écarlate n’a été déclenché qu’après toulouse, dès montauban on aurait épargné des vies à toulouse.il faut repenser la politique sécuritaire de la france : le renseignement, augmenter les effectifs de police, isoler les groupes ou individus dangereux avant qu’ils passent à l’acte, plus de sobriété et moins d’affichage.les mesurettes annoncées donnent l’ampleur de l’échec sécuritaire. une mesure serait de donner 6 mois aux détenteurs d’armes lourdes pour se faire connaitre sinon ils sont dans l’illégalité et passibles de prison…