Syrie: le régime renie encore sa parole

par · 11 avril 2012

Alors que le plan de Kofi Annan doit entrer en vigueur ce mardi 10 avril 2012, impliquant le retrait des troupes syriennes des villes, Bachar Al-Assad a choisi de renforcer la répression et la provocation vis-à-vis de ses voisins, la Turquie et le Liban.

Hier, 105 personnes, majoritairement des civils, sont mortes sous le bombardement de l’armée syrienne qui n’a pas hésité à viser un camp de réfugiés en Turquie blessant des civils syriens et turcs. Des tirs similaires ont tué, au Liban, un journaliste libanais. Ces attaques transfrontalières témoignent de la détermination du régime syrien à poursuivre la répression, à ne pas respecter le plan Annan soutenu par l’ONU et la Ligue arabe ainsi que de sa volonté d’élargir le conflit dans la région.

Le Parti socialiste est indigné par ces actes criminels du régime syrien et par les nouveaux manquements à sa parole. Il exprime sa vive inquiétude face à l’extension du conflit aux pays voisins. Il attend de la Russie et de la Chine qu’elles prennent leurs responsabilités au Conseil de Sécurité, pour que Damas cesse immédiatement les bombardements des villes et les provocations à l’égard de ses voisins.