Chômage, déficits, la crise des ciseaux

par · 27 avril 2012

Les déficits publics minent les marges budgétaires qui doivent faire appel à l’emprunt sur les matchés pour se financer. Ces derniers sont sensibles à la solvabilité des états. La purge austéritaire imposée à l’Europe par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy provoque un ralentissement économique et du chômage. Donc moins de rentrées fiscales et cela accroit les déficits. Ce qui conduit les marchés à renchérir le loyer des emprunts sur les marchés. Cela provoque aussi des marges de spéculation.

En imposant à l’Europe et à la France cette stratégie, l’Allemagne a renforcé sa position dominante. Elle l’a fait au prix du travail précaire, d’une stagnation salariale, de l’augmentation de la pauvreté, et c’est nouveau un début de réduction de sa croissance. Nous sommes dans une crise des ciseaux. Les déficits combattus par la seule austérité nourrissent le chômage qui aggravent les déficits, alors les rodomontades de Mme Merkel n’y feront rien. on changera de politique en Europe. Maintenant, Mme Merkel, Messieurs Draghi, Monti et Cameron sont sur la même ligne: un volet croissance s’impose mais sa nature réside dans une nouvelle étape, dans la dérégulation libérale. François Hollande a parfaitement raison de dire que nous ne partageons ni la philosophie du traité européen, ni l’épure du volet inéluctable de croissance. Il faut une autre politique pour sortir de la crise des ciseaux, sinon c’est la récession, l’explosion sociale, le populisme et le nationalisme.