Quevilly / Lyon l’éternel rêve Français !

par · 28 avril 2012

La finale de la coupe de France résume, en cette veille de second tour de l’élection présidentielle, l’éternel rêve français : les petits contre les gros, l’égalité par le combat, le talent contre l’argent, le défi du faible au fort, l’épopée des sans grade contre le pouvoir établi. C’est la magie de la coupe de France sans cesse renouvelée qui fait espérer que malgré l’argent, la puissance, la notoriété, il y a toujours l’espoir que ce qui est inscrit, le pouvoir immuable de ceux qui sont en place, puisse changer. Et l’élection présidentielle tous les cinq ans, qu’est ce que c’est d’autre ?

Les commentaires1 Commentaire

  1. Indiana dit :

    La France des stades n’est ni de droite, ni de gauche : Tricolore, patriote, bigarrée, europhile …elle vibre à l’unisson pour ses champions. Une petite équipe qui gagne ne change pas à elle seule la donne, et notre belle France, dont la destinée est liée à celle de l’Europe, doit savoir dire haut et fort à l’équipe d’en face « Merkel/Sarkozy », et leurs fervents supporters, que la coupe est pleine !

    Plagiant à contre-sens les propos de François Hollande selon lesquels un pays sans croissance ne peut ni tenir ses comptes, ni payer sa dette, certains responsables européens déjà claironnent que, à tout bien réfléchir, la solution est … encore plus de dérèglementation pour retrouver emplois et croissance, alors même qu’elle est la cause directe de ce que nous subissons : C’est se moquer des peuples, et c’est à se demander si ces gens-là ne font pas tout pour nous enfoncer un peu plus la tête dans le sable, ou dans l’eau, ou les deux à la fois !

    Nous ne pourrons jamais nous dégager de l’emprise hystérique et vorace des marchés financiers et de leurs représentants s’il ne s’opère pas une profonde réforme politique et économique du modèle européen : Sans une véritable prise de conscience de l’urgence d’un combat décisif à mener, tout ne sera que « replâtrage », accompagnant chaque pays vers une mise à mort sur l’autel d’un libéralisme effréné ! Si les gouvernements bottent en touche au lieu de reprendre la main, si l’arbitrage est le même, alors il ne faudra pas un demi-siècle aux « nouveaux maitres » argentiers pour installer planétairement ce que même l’Egypte des grands pharaons n’a pas osé imaginer ! Autrement dit, si dans les lignes rien ne bouge, c’en est fini des républiques et de nos enviables démocraties !

    Nous n’avons plus d’autre choix : Il faut en urgence aller voter Dimanche 6 Mai… gagner ce match et faire que cet « éternel rêve français » devienne une réalité concrète!