Grèce: la cote d’alerte

par · 9 mai 2012

Que faut-il de plus à l’Europe pour comprendre que les conditions imposées au peuple par le pacte de stabilité financière conduisent l’économie à la récession et les peuples à la sécession ? L’entrée de Syriza au Parlement avec 52 députés est l’expression radicale de l’exaspération. A l’autre bout de l’échiquier, 21 députés de l’Aube dorée, une formation aux accents fascisant. Le PASOK, balayé, et la Nouvelle Démocratie défaite. C’est aujourd’hui Alexis Tsipras de Syriza qui doit composer le gouvernement. Il annonce la couleur, la renégociation et le refus des engagements.

Si la Grèce sort de l’Euro, les marchés enregistreront ceci comme un signe clair que l’Europe ne soutiendra ni le Portugal ni l’Espagne ou, qu’elle n’en a pas les moyens. La lente décomposition se mettra en marche. Si on continue a étrangler les peuples, la colère grecque fera tâche d’huile. Alors, il est urgent de changer de cap. Il est nécessaire de rebâtir un pacte de croissance. La côte d’alerte est atteinte, la contestation galope pendant que l’Euro poursuit sa chute. La crise historique est à nos portes.

Les commentaires2 Commentaires

  1. topaz dit :

    Beaucoup espèrent, Camba, que vous allez vous battre pour obtenir la direction de votre parti. Moi, premier secrétaire, je suis considéré par la presse. Moi, premier secrétaire, j’ai le recul nécessaire de la reconstruction à l’action. Moi, premier secrétaire, j’ai oeuvré dans le sens collectif. Moi, premier secrétaire, je connais bien l’international, les rouages de l’appareil. Moi, premier secrétaire, j’ai le répondant exigé face à l’opposition. Moi, premier secrétaire, je suis le seul possible …

  2. Indiana dit :

    L’Allemagne domine l’Europe, bien plus encore depuis les cinq ans du tandem Merkel-Sarkozy, cette hydre à deux têtes dont une vient de tomber ! Une dérive si inacceptable que cela en devient intolérable pour trop de pays européens en souffrance d’une politique du pire, alors même que cette Europe avait vocation à protéger et souder pour un mieux être les peuples qui la composent.

    Bien que rien n’ait été encore présenté officiellement, Mme Merkel déjà se crispe dans une fin de non-recevoir sur l’ajout d’un volet croissance au pacte budgétaire proposé par le Président François Hollande qui, pourtant, au vu de l’impasse politique et économique dans laquelle s’engage l’Europe, rencontre un écho favorable y compris dans des pays gouvernés à droite ! Une attitude arc-boutée attendue de la chancelière : le seul pays d’Europe prospère dans ce marché de dupes c’est l’Allemagne qui, il faut bien le dire, a aussi ses sous-salariés à 1 euro de l’heure – sa bonne santé économique n’allant pas jusqu’à profiter à tout le monde!

    N’y allons pas par quatre chemins, et votre analyse est à ce point juste : Dû notamment à l’effet bloquant de l’Allemagne, si rapidement rien de tangible ne bouge dans les lignes pour une orientation croissance, l’Europe explose, l’euro explose… et le social explose !