Les frères à l’offensive

par · 25 juin 2012

La victoire de l’islamiste Mohamed Morsi n’est qu’un maillon d’une chaîne qui va de Rabat à Tunis, de Tunis au Caire et du Caire à Damas. Partout lorsqu’on sait que le Hamas a été fondé au Caire, partout cette confrérie islamiste est en situation. Elle tend à occuper la place du courant marxiste arabe des années 1960 ou le courant Baassiste. Soit le monde arabe a « atteint l’étape finale de son réveil islamique » pour paraphraser Manouchehr Mokatti, ministre iranien des Affaires étrangères à propos de l’Egypte, soit les Frères jouent le rôle de Solidarnosc en Pologne. C’est-à-dire indépendamment de la prégnance religieuse, le vecteur d’une émancipation. La suite s’écrit en Egypte dans un face à face à trois, l’armée, les Frères, la rue. Le Président Morsi est dans une situation déterminante, la présidence est privée de tout pouvoir. Alors soit il gère cette situation, soit il cherche à radicaliser contre l’armée. A moins qu’un compromis n’intervienne, à l’armée ses prébendes, aux islamistes la société. Ce qui va faire bouger la rue. Bref, la révolution n’a débouché que sur une évolution. Elle n’a pas su trouver son équilibre. Le régime est tombé mais la démocratie n’est pas installée. L’évolution dans un sens « Thermidor » de l’armée, islamiste ou démocratique sera déterminante pour le monde arabe. Mais aussi pour l’Europe qui est en première ligne.