Lettre à l’ensemble de la communauté éducative

par · 4 septembre 2012

Paris, le 4 septembre 2012

Madame, Monsieur,

A l’occasion de la rentrée scolaire, je tiens à vous souhaiter ainsi qu’à vos collègues et à l’ensemble de la communauté éducative tous mes voeux de réussite dans l’accomplissement de vos missions pour l’année scolaire 2012-2013.

Je suis très conscient que les missions qui vous sont données ont, au cours des cinq dernières années été particulièrement mises à mal. Suppression de quelques 77000 postes dont près de 14000 programmés pour la rentrée, disparition de la formation des enseignants, pénuries avérées des postes de professeurs remplaçants, suppression des dispositifs d’aide aux enfants en difficultés, …la liste est longue.

Comme vous le savez, le Président de la république a souhaité faire de la jeunesse la grande priorité de son quinquennat. Il a, dans ce sens, confié au ministre de l’éducation nationale, Monsieur Vincent Peillon, et à la ministre de la réussite éducative, Madame George Pau Langevin, une mission d’ampleur : refonder l’Ecole de la République pour refonder la République par l’Ecole.

Et c’est dans ce sens que dès leur nomination, les premières mesures de la refondation ont été posées pour que la rentrée scolaire 2012 qui s’ouvre se passe dans les meilleurs conditions possibles : le recrutement de 1000 professeurs des écoles parmi le vivier des candidats admissibles aux concours de l’enseignement répartis dans les académies par les rectorats selon une méthode transparente et juste reposant à la fois sur des critères liés à l’encadrement et la variation attendue des effectifs d’élèves, la difficulté sociale et scolaire et, enfin les critères géographiques, la mise en place d’un aménagement du temps de travail et d’un accompagnement spécifique en vue de rétablir le principe de formation initiale des professeurs digne de ce nom, ainsi qu’un dispositif de formation pédagogique continue pour l’ensemble des enseignants qui, déjà en poste depuis parfois deux ans, n’ont pu en bénéficier.

Au delà de ces mesures d’urgence, le gouvernement de François Hollande a ouvert cet été une concertation nationale sur la refondation de l’école. Cette grande concertation ne pourra se faire sans vous, chaque voix sera précieuse pour refonder l’Ecole de la République.

Toutes ces mesures s’inscrivent dans le cadre d’un projet cohérent répondant notamment à des objectifs clairs et à une véritable ambition pour notre système éducatif.

De même, la concertation nationale « Refondons l’Ecole de la République », dont les travaux devraient reprendre dès la rentrée, devra permettre, au delà du diagnostic partagé de notre système éducatif, de proposer, à partir des orientations définies par le gouvernement, les grands choix éducatifs nécessaires à notre pays.

Enfin, autre grande mesure de la rentrée scolaire, la revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire (ARS). Cette revalorisation de 25% de l’ARS était un engagement de campagne de Françoise Hollande, elle est aujourd’hui un coup de pouce bienvenu et, parfois même, nécessaire pour de nombreuses familles qui n’ont pas toujours les moyens de préparer sereinement la rentrée de leurs enfants.

La rentrée scolaire qui s’ouvre est donc celle d’un véritable changement. Mais pour réussir ce changement et préparer les réformes des prochaines années, il faudra du temps. Du temps et, de la concertation.

Et dans ce sens, nous aurons besoin de toutes et de tous : professeurs, personnels, parents d’élèves, associations, élu(e)s,… .

Toutes celles et ceux qui, chaque jour, sur le terrain, dans les assemblées, agissent et proposent au service des élèves et de l’Ecole.

En tant que député de la 16ème circonscription de Paris, sachez que je reste à l’écoute de chacune et chacun d’entre vous tout au long de cette année scolaire qui s’ouvre. Et à cet égard, si vous rencontrez la moindre difficulté, sachez que je me tiendrai, ainsi que ma collaboratrice de circonscription, à votre écoute et disponibilité.

Je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, en l’assurance de ma considération distinguée.

Jean- Christophe CAMBADELIS