Verts: Pas d’obligation de démission

par · 25 septembre 2012

Depuis quand un gouvernement sous la Vème République est une coalition gouvernementale de partis ? Voir des gaullistes, voir des centristes subordonner les ministres à leur formation politique comme sous la IVème République est plaisant.

Depuis quand un ministre sous la Vème République a un mandat impératif de son parti ? Selon la bonne formule de Jean-Pierre Chevènement « un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne ». C’est la dure loi de la Vème République. Alors ! Il n’y a aucune raison que les Verts partent du gouvernement tant qu’ils sont dans la solidarité gouvernementale. D’autant que personne ne sait ce qu’aurait été le vote des ministres dans le Conseil fédéral. On doit critiquer le vote des Verts. On doit souligner le vote d’Europe Ecologie. On ne peut pas exiger leur démission, ce serait contraire à nos institutions. Moi, je ne les défends pas. Mais ceux qui s’en réclament, à défaut d’être honnêtes, devraient être cohérents.

Les commentaires1 Commentaire

  1. topaz dit :

    Comment peut-on être ministre d’un gouvernement de gauche, fraîchement existentiel depuis 4 mois, annoncer un vote contre la première mesure d’envergure du quinquennat et offrir aux Français, déjà déçus, de la cohérence et l’envie d’y croire ? Pas d’obligation de démission, c’est la suite dans son rôle de président, des synthèses molles de François Hollande premier secrétaire. Sauf, qu’aujourd’hui, il a « une obligation » de chef d’Etat. Et ce n’est pas la poudre d’argent soustraite aux traitements, divertissoire et médiatisée à grands coups de canon, qui suffira à rétablir la confiance.