Le temps de la contre offensive

par · 16 octobre 2012

En l’espace de deux jours, le Premier ministre a repris l’offensive, recadrant Vincent Peillon, tranchant sur la taxation des œuvres d’art ou sur la redevance télé pour les résidences secondaires, etc… Sans oublier l’aéroport de Nantes. En plus, le Premier ministre monte au front à l’Assemblée Nationale renvoyant la droite à son bilan, ses outrances et son populisme nationaliste.

Il faut soutenir cette contre offensive car à travers le « Ayrault bashing » c’est l’échec de la gauche que l’on recherche. Affaiblir Jean-Marc Ayrault c’est affaiblir le Président François Hollande, mais aussi la bataille décisive du redressement de la France dans la justice.

C’est maintenant que se joue le destin de cette majorité qui veut sortir de la crise et construire une nouvelle France !

 

catégorie Ecrits, Expressions

Les commentaires2 Commentaires

  1. topaz dit :

    Le temps de la contre-offensive s’applique aussi à l’Europe. Il y a du potentiel dans la zone euro. Reste à passer à l’action pour les gouvernements. La direction du FMI a changé, pas le discours.

  2. topaz dit :

    Le rôle du 1er ministre c’est de se battre pour la France et contre la crise, pas d’être contraint d’exercer le 49-3 de Matignon sur ses troupes. Il n’a pas le temps et ce ce n’est pas son rôle d’être à l’offensive dans son propre camp. Ce qui se passe aujourd’hui était prévisible. Un président et un premier ministre, tous deux volontaires, mais qui n’ont jamais été rodés aux responsabilités et aux dures exigences ministérielles. Un balancier fragile, idem pour la plupart des ministres. Alors oui, il y a des couacs, oui il y a une opposition, oui il y a une attente.