Une lueur dans la nuit noire

par · 18 octobre 2012

Octobre 2012 marquera une petite révolution dans la mémoire agitée de la Guerre d’Algérie. François Hollande vient de reconnaître la tragédie du 17 octobre. C’est un acte décisif essentiel pour installer une mémoire apaisée d’une guerre qui fut longtemps sans nom. Dans le pays des Droits de l’Homme qui avait appris au monde qu’on devait se battre pour la liberté, des Algériens qui manifestaient pacifiquement pour l’indépendance de leur pays avaient été matraqués et massacrés.

Pire, cette mémoire avait été effacée, niée par la Nation, même si la flamme était entretenue par une gauche militante toujours vigilante. 50 ans après l’indépendance de l’Algérie, la France regarde son histoire en face.

Dans le climat actuel, où l’hystérie est grande contre une certaine histoire, contre certains Français, c’est l’honneur du Président de la République d’avoir proposé de réconcilier la Nation avec son Histoire, même douloureuse comme avant lui Jacques Chirac à propos du Vel d’Hiv ou Lionel Jospin au sujet de l’esclavage.

La France ne se réduit pas à ses crimes, mais elle se juge à ses victoires y compris sur elle-même. Le nationalisme c’est la guerre disait François Mitterrand. « Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde » écrivait Césaire…

Notre tâche est de maintenir étroit ce lien entre la République et ses principes quoiqu’il arrive.

Mouloud Aounit, parti trop tôt n’aura pas vu de son vivant cette victoire, mais il savait que la gauche, une fois revenue au pouvoir, n’oublierait pas que son devoir était d’éclairer les pages sombres de notre Histoire.

catégorie Ecrits, Expressions

Les commentaires3 Commentaires

  1. topaz dit :

    Emile Allais n’est plus, le ski mondial est en deuil. Il a rapporté des médailles, importé et exporté des techniques, et marqué de son sceau un siècle dans ce sport tellement apprécié par les grands et les petits. Il incarne une lueur qui ne s’éteindra pas au pays de l’or blanc.

  2. topaz dit :

    Dans un pays, régulièrement il y a des élections. Généralement, dans un laps de temps plus ou moins long, il y a alternance. Lorsque la gent politique parviendra à mettre son orgueil de côté, et à admettre que dans les choix et orientations précédents, tout n’était pas mauvais, la démocratie aura fait un pas en avant, le regard porté sur la politique sera plus attentif et le cheminement plus performant.

  3. topaz dit :

    Dans l’action et le feu de la guerre, l’Histoire est faite de zones d’ombre peu glorieuses. C’est bien de rendre hommage et vérité aux patriotes qui ont péri le 17 octobre 1961. Vous citez Chirac et Jospin, vous oubliez Sarkozy qui, le 14 avril 2012, a officiellement reconnu la responsabilité du gouvernement français dans « l’abandon » des Harkis en 1962. François Hollande s’est engagé, pendant sa campagne, à apporter tout son soutien à leurs descendants.