IRAN : traitements dégradants envers les prisonniers politiques

par · 6 novembre 2012

Depuis plusieurs jours, les prisonnières politiques iraniennes, détenues dans la sinistre prison d’Evin à Téhéran, ont entamé une grève de faim pour dénoncer les conditions intolérables de détention et les traitements dégradants dont elles sont victimes. Parmi ces grévistes, se trouvent des activistes pacifistes pour la défense des droits de l’homme, telle que la journaliste Nargues Mohammadi ou l’avocate Nassrin Sotoudeh, dernière lauréate du prix Sakharov de l’Union européenne.

Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, dont Human Rights Watch, et la lauréate du prix Nobel de la paix, Shirin Ebadi, ont lancé un appel pour leur libération.

Le Parti socialiste, constamment préoccupé par le sort des prisonniers politiques en Iran, et en particulier de celui des femmes, réitère avec vigueur sa demande de libération immédiate de tous ces prisonniers. Il réaffirme son soutien et sa solidarité avec tous ceux qui luttent pacifiquement en Iran pour la liberté et la démocratie.