Jean-Vincent Placé après le PCF ? Le comité de liaison vite !

par · 9 novembre 2012

S’interroger est légitime, s’en aller ne l’est pas. Qui ne s’interroge pas ! Que faire ? Comment faire ? Où se situe le compromis ? Comment être utile ? Tout cela est bien normal lorsqu’on est confronté à la plus grande crise financière, industrielle, d’après guerre d’autant que celle-ci se double d’une crise de modèle.  Faut-il en conclure qu’il faut quitter le gouvernement, claquer la porte ? C’est un peu court. Et cela ne fait pas avancer. Après le coup de gueule du PCF et du Front de gauche votant contre le budget au Sénat, cela démontre l’extrême fébrilité d’une partie de la gauche. Il ne faut pas, même si ces réactions sont minoritaires, laisser s’installer l’idée d’une distance. Voilà pourquoi il faut un comité de liaison des gauches et des écologistes. Cela permettrait échanges, informations, et pourquoi pas confrontation. Mais rien n’est pire que laisser s’installer le silence, l’amertume ou le ressentiment. On en est pas là. Mais Il faut prévenir car la période est rude. Le PS n’a rien à perdre à prendre cette initiative et la gauche a tout à gagner.

Les commentaires1 Commentaire

  1. interrogation dit :

    Être parti de gouvernement, cela s’apprend, il faut être indulgent à leur égard si l’on veut que les élites se renouvellent un peu pour le plus grand bien de la Nation.
    En outre, si les écologistes et les socialistes ne sont pas capables de gouverner ensemble, le résultat inévitable sera la défaite aux municipales et la perte de villes comme Paris et Lyon au profit de la Droite.
    Je doute que ce soit le voeu des électeurs de gauche.