Le conseil constitutionnel de droite réagit comme la droite

par · 29 décembre 2012

Conseil-Constitutionnel-logCertes la séparation des pouvoirs doit être respectée. Mais il n’est pas interdit de considérer qu’un conseil constitué de Giscard, Chirac ou Sarkozy, ainsi que d’autres membres choisis par eux ne peut décider autrement que sur les présupposés idéologiques de la droite. L’impôt pour les « super-riches » est une mesure de solidarité par temps de crise. En France, comme dans une autre mesure aux Etats-Unis, elle se heurte au conservatisme de l’aristocratie financière et des institutions qu’elle contrôle. L’égalité devant l’impôt est que l’on paye en fonction de ce qu’on gagne et la justice c’est qu’en période de crise les plus riches payent un peu plus. Censurée par le conseil cette mesure ne le serait pas par le peuple. Quant au Conseil Constitutionnel il devrait être réformé pour exercer dans la neutralité. Car un Conseil Constitutionnel de droite réagit comme la droite.

Les commentaires3 Commentaires

  1. topaz dit :

    Camba, vous n’êtes plus dans l’opposition. Réformez pour mieux régner ! On ne peut pas pointer du doigt Giscard, Chirac, Sarkozy, qui ont eu l’expérience de la présidence de notre pays et auparavant celle de membre d’un gouvernement, et considérer que François Hollande, qui s’exerce à la première sans avoir jamais expérimenté la seconde, fera mieux ou détient la vérité. Il veut « faire son devoir ». Qu’il fasse une synthèse entre tempérance et violence, qu’il trouve la juste réponse à l’équation entre socialisme dirigiste et virtuel et exercice du pouvoir dans le réel. Il y a aussi de « super-riches » à gauche. Si demain Pierre Bergé s’exile en Belgique, lui ferez-vous un procès d’intention ? Avec la Corse, le conseil constitutionnel fait à la France une rentrée fiscale, mais un cadeau empoisonné. Après la mafia et le FLNC, c’est tout le peuple corse -fier d’être français- qui va être en colère avec la suppression d’un privilège insulaire qui date de Napoléon. Qu’en pense Pupponi, ancien inspecteur des impôts sur le sol corse ? Et notre président se veut « pacificateur » …. La Corse est une bombe. N’allumez pas la mèche.

  2. Paulin dit :

    Le principe de l’égalité devant l’impôt dépasse largement les intérêts des super riches. Il est posé par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen et garantit que les personnes ne soient pas pénalisées devant l’impôt en raison des revenus de leur conjoint. Le peuple est le premier soulagé par la décision. C’est un gouvernement socialiste qui se voit rappeler un principe d’égalité, et un député socialiste qui, face à une décision qui lui déplaît, cherche à décrédibiliser l’institution et propose sans pudeur de la réformer.

  3. socioecolo dit :

    Ce n’est pas un drame

    Le Conseil Constitutionnel réaffirme que l’impôt sur le revenu dépend des revenus du foyer fiscal et non des individus. Cela n’empêchera donc nullement le Gouvernement d’imposer à 75 % les foyers fiscaux dans un prochain projet de loi,
    En outre, il a le courage politique
    – d’empêcher le report pour 5 ans de cette exception corse sur l’absence d’imposition des immeubles corses dont les effets pervers sont terribles sur toutes les vieilles maisons corses laissées à l’abandon faute de propriétaire unique et donc de responsable.
    – d’empêcher que les niches fiscales dépendent d’un pourcentage du revenu au lieu d’être limité en valeur en supprimant l’exception sur les territoires d’outre-mer.
    Le Conseil constitutionnel est évidemment à droite, mais ses remarques, à la réflexion me paraissent assez équitables, le respect des principes de droit n’a jamais empêché les réformes.