Sortie de crise: 2013, l’année de tous les dangers où les socialistes seront seuls

par · 31 décembre 2012

2013

Chômage en hausse, pouvoir d’achat en berne, fermetures d’entreprises, austérité budgétaire, rien ne nous sera épargné en cette année 2013. Les socialistes seront seuls pour affronter ce moment dur de la crise. Ils seront tous unis pour critiquer le pouvoir. Pourtant la crise de l’euro est derrière nous, l’assainissement des finances publiques est en route, la régulation des banques en marche, la mise en place des boosters de croissance sont là (banque d’investissement, soutien à la recherche, à l’inovation etc.). Mais la crise traverse toute l’Europe dûe à l’inertie et à l’incurie des conservateurs de droite européens qui refusent les mesures de croissance vécues par eux comme des mesures laxistes. Il n’est pas impossible que dans cette phase qui frise la récession avec son mur social, dans ce moment où il n’y a pas d’alternative crédible au pouvoir en place, la droite est en miettes, l’extrême gauche en panne et l’extrême droite cantonnée au populisme, il n’est donc pas impossible que le mouvement social s’en mêle. D’autant que le Medef campe sur des positions d’un autre temps. Au bout il y a certes la sortie avec une nouvelle France. Mais en attendant nul ne le conteste, les temps sont durs. Tensions en Europe donc, mais aussi guerre au Nord du Mali, voire en Centre Afrique sans oublier les nuages qui s’amoncellent au Moyen Orient où l’Iran sera le nouveau centre de tensions après la Syrie. 2013, année de tous les dangers où les socialistes devront être solidaires, les yeux ouverts…

Les commentaires2 Commentaires

  1. socioécolo dit :

    Contre la crise, améliorons la démocratie

    Aucun parti ne manifeste d’enthousiasme pour voter des mesures impopulaires pour redresser l’économie, ce qui ne les empêche pas de critiquer.
    Il ne faut pourtant pas se replier dans sa tour d’ivoire.
    Des réformes de société visant une plus grande démocratie, un meilleur contrôle des fonds publics, une évolution vers une société plus écologique peuvent rassembler toute la gauche et une partie du centre.
    La crise ne doit pas faire oublier de faire ces réformes importantes pour les électeurs, alors qu’elles ont souvent un coût financier nul.
    L’exemple récent du mariage montre que ces réformes occupent l’espace médiatique plus facilement que les mesures économiques.

  2. topaz dit :

    Un post pessimiste qui mélange tout. 2013, l’année de tous les dangers, ce n’est pas une surprise. Les socialistes doivent affronter ce moment. « Ils seront tous unis pour critiquer le pouvoir » ??? Il faut décoder. Quand pourrez-vous dépasser cette rancoeur-déversoir contre les droites de France et d’Europe qui vous bouche l’horizon ? A cette litanie anti-droite ne faudrait-il pas préférer un message de vérité, fort et courageux ?
    Bonne année, avec de l’espoir, de la confiance et des solutions. « L’obstacle est matière à action » …