Mois janvier 2013

31 Jan

1 Comment

Goodyear, les fonctionnaires, le retour au social

par

logogoodyear

Il ne faut certes pas opposer le social au sociétal. Mais parfois le social s’installe sans crier gare. Il y a quand même un grand décalage entre l’atmosphère de bocal à l’Assemblée Nationale sur le mariage pour tous et les dangers internationaux et sociaux que vit la France. Franchement la société politique surjoue l’avenir ou la modernité de la civilisation. Alors que des problèmes autrement plus complexes assaillent le pays. Il y a d’ailleurs une contradiction à vouloir à toutes fins un référendum sur le mariage et dire que le texte du gouvernement est un dérivatif pour masquer les problèmes sociaux. Qu’est-ce-que ce serait si on plongeait dans le débat référendaire ? La grève des fonctionnaires d’une part et la boucherie sociale de Goodyear de l’autre démontrent que la question des déficits et du chômage donc de la croissance reste la question majeure sur laquelle il faut mobiliser les énergies et l’attention.

30 Jan

Commentaires fermés sur Mais occupons nous de l’Egypte !

Mais occupons nous de l’Egypte !

par

lecaireegypte

Je suis consterné ! Une partie de l’avenir du bassin méditerranéen, de la sécurité du monde euro-méditerranéen se joue au Caire dans la fièvre révolutionnaire, l’anarchie, la violence et la décomposition de l’Etat… et ici tout le monde s’en fout !

Trop occupé à sa petite soupe dans son petit coin. Il n’est pas besoin d’être un historien des révolutions pour comprendre, lorsqu’on parcourt les rues du Caire, où l’on écoute les principaux leaders du Front du Salut National, que l’Egypte est entre une guerre civile et un Thermidor. Encore une fois le conflit pour le pouvoir entre l’armée, les Frères musulmans et la rue qui appuie l’opposition du Front du Salut National risque de dégénérer en guerre civile, en coup d’état, mais dans une région instable, Syrie, Irak, au bord du conflit, chiites, sunnites en Jordanie, sans oublier la Libye aux mains des seigneurs de la guerre. Le destin de l’Egypte commande celui de toute la région. Les jours qui viennent vont être décisifs. La réquisition de l’armée pour se substituer à la police en décomposition, la radicalisation de la rue avec l’irruption des Black blocs, l’intransigeance des frères sur la Constitution, tout cela est un cocktail explosif. Et l’Europe est au balcon. C’est suffisamment grave pour sortir le nez de nos querelles Picrocholines où l’on vibre sur l’avenir de la civilisation pour un mariage, alors que son destin se joue sur les bords du Nil…

catégorie Actualité, Ecrits, Expressions

Tag

29 Jan

Commentaires fermés sur Après avoir gagné la guerre, gagnons la paix

Après avoir gagné la guerre, gagnons la paix

par

opexmali

Sans vouloir être cruel pour les Copé et autres Hortefeux, si cette guerre a été improvisée – ce qui reste à prouver – elle est rondement menée. Avec la chute de Tombouctou c’est la fin de la phase conventionnelle de ce conflit qui est en passe de se terminer. Les Djihadistes terroristes fuient vers le Nord où la frontière algérienne est fermée. Une partie des Touaregs d’Unsardine sont prêts à négocier. La décision stratégique du Djihad de faire du Mali un territoire sous domination d’Al Qaida a échoué. Il faut maintenant pour que la victoire soit complète, pas seulement réduire autant que possible les réduits terroristes, mais créer les conditions de la sécurité du Nord du Mali et trouver les moyens de reconstitution de l’Etat malien. Il faut pour cela un plan en trois points ébauché par la France par la voix du Président:

1/ Une force de sécurité du Nord du Mali. C’est le rôle de la CEDEAO et des Africains.

2/ Des moyens pour reconstruire le pays. c’est le rôle de l’Europe.

3/ Dès que les conditions le permettront des élections démocratiques. C’est le rôle des Maliens.

Alors François Hollande aura marqué une évolution majeure dans les relations avec le continent africain. Le passage de la françafrique à la France au service de l’Afrique. Après avoir gagné la guerre, il aura gagné la paix.

catégorie Actualité, Ecrits, Expressions

Tag

28 Jan

Commentaires fermés sur L’invité du Forum citoyen sur Europe 1

L’invité du Forum citoyen sur Europe 1

par

logoeurope1-160

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité du forum citoyen sur Europe 1 dimanche 27 janvier. Vous pouvez (ré)écouter l’émission ci-dessous:

28 Jan

Commentaires fermés sur Réunion de concertation sur le devenir de la petite ceinture

Réunion de concertation sur le devenir de la petite ceinture

par

petite-ceinture

Lundi 28 janvier à 19h, la Mairie du 19e organisera une grande réunion publique sur le devenir de la petite ceinture.

Construite il y a plus de 150 ans, la petite ceinture, propriété de Réseau ferré de France (RFF), est une ancienne ligne de chemin de fer qui faisait le tour de Paris.

Un protocole signé en 2008 entre la Ville de Paris et RFF permettra l’ouverture prochaine de certains tronçons au public.

Afin de valoriser au mieux ce lieu unique et atypique aux multiples potentiels, la Ville de Paris et RFF lancent une vaste concertation auprès des habitants de Paris et de la métropole.

N’hésitez pas à venir nombreux lundi en mairie proposer vos idées (ballades urbaines, jardins partagés, ateliers d’artistes, locaux associatifs etc.) afin de donner un nouveau souffle de vie à la petite ceinture.

Pour plus de renseignements : http://lapetiteceinture.jenparle.net/

27 Jan

Commentaires fermés sur Mariage pour tous ? C’est fait !

Mariage pour tous ? C’est fait !

par

2701manif

La gauche unie, la majorité parlementaire en bloc, la France des sondages ou des manifs mobilisées. Rien ne s’opposera donc à l’adoption de ce qui fut un engagement de François Hollande à la présidentielle: le mariage pour tous. La hiérarchie catholique appuyée par les copéistes et le Front National n’a pu inverser le cours de l’histoire. L’exigence d’égalité a été plus forte que la stigmatisation rampante de l’homosexualité. Aujourd’hui rien ne peut aller contre ce nouveau droit. Même Barack Obama en a fait un des thèmes de son discours d’investiture. L’Espagne l’a adopté sous la gauche et les conservateurs au pouvoir ne l’ont pas abrogé. La France est dans le peloton de tête des nations accordant des droits nouveaux, la gauche redonne ainsi à la France sa vocation défendre l’égalité et conquérir des droits.

27 Jan

Commentaires fermés sur journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité

journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité

par

arrdt_1912

Le 27 janvier à lieu la journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité.

La cérémonie dans le 19e arrondissement débutera à 10h par un hommage dans le parc des Buttes-Chaumont devant la stèle commémorant les 33 enfants juifs du 19e qui ne sont pas revenus des camps, en présence d’élus du 19e, de représentants du Comité d’Entente de l’arrondissement et du Comité Léon Goldberg.

Elle se poursuivra ensuite dans le hall de la mairie du 19e où une exposition du Comité Léon Golberg est à découvrir.

Un moment pour chacun d’entre nous de se souvenir, pour que ce passé honni ne soit pas oublié. »

 

 

26 Jan

Commentaires fermés sur EGYPTE: Deuxième anniversaire pour une révolution inachevée

EGYPTE: Deuxième anniversaire pour une révolution inachevée

par

Tahrir_Square_during_Friday_of_Departure

Aujourd’hui en cette deuxième commémoration de la révolution égyptienne, la principale coalition démocratique de l’opposition, le Front National du Salut (FNS) occupe la Place Tahrir (des blessés sont à dénombrer) pour y faire entendre ses revendications en vue du prochain scrutin législatif, consécutif à l’adoption par référendum d’une constitution controversée en décembre 2012.

J’ai eu l’occasion de parler des craintes, des frustrations des égyptiens lors de l’inauguration le 20 janvier au Caire du Forum social-démocrate arabe. Le Parti socialiste soutient les revendications légitimes du FNS, et en particulier celles du Parti social-démocrate égyptien, visant à exercer une pression sur le Président Mohamed Morsi pour que celui-ci accorde les garanties d’une pleine transparence des élections législatives. Il est capital qu’à leur issue, un rééquilibrage des pouvoirs et des institutions soit opéré. Le Parti socialiste appelle le gouvernement à ne plus rester sourd aux attentes des citoyens et des démocrates mobilisés dès la première heure pour la chute du dictateur Hosni Moubarak, et qui partagent toujours la volonté de mener leur révolution à terme, au nom des valeurs de justice, de respect des libertés et de la dignité de l’individu.

25 Jan

10 Comments

Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon

par

melenchon

Mon cher Jean-Luc,

Vous vous demandez publiquement comment les socialistes appréhendent les relations avec les autres formations de gauche en général, et Jean-Luc Mélenchon en particulier. Permets-moi d’apporter ma pierre à ce débat car il commence à m’inquiéter.

La gauche est plurielle mais elle partage les mêmes valeurs. La gauche désunie ne peut les faire triompher. Tu estimes à juste raison être partie prenante de la victoire de la gauche aux présidentielles. Mais tu as d’emblée avant même le premier pas gouvernemental, décliné toute participation, à l’action de redressement de la France. Tu aurais pu être déçu dans le soutien, tu es parti sur un préjugé : je n’en serai pas. Voilà pourquoi les critiques qui sont, tu en conviendras, systématiques ont moins de force. Car d’emblée, avant toute décision, tu as estimé déjà la victoire trahie.

Dans ta rhétorique, il n’y a jamais de place au bilan des droites depuis dix ans, jamais de critique du PPE qui conduit l’Europe à la récession.

Il ne s’agit pas de te demander un accord avec les socialistes, les écologistes, les républicains, les radicaux au pouvoir, mais dans un souci d’éducation du peuple, comme tu le souhaites, de distinguer les responsabilités. Ce ne serait au passage que justice.

Car rien ne trouve grâce à tes yeux, ni la revalorisation de 25 % de l’Allocation de rentrée scolaire (ARS), ni la hausse du SMIC, dès l’été 2012, ni le relèvement de 20 à 25 % du seuil minimal de logements sociaux dans les communes de plus de 3 500 habitants, ni l’encadrement des loyers, pour éviter les augmentations abusives, ni la construction de 500 000 logements par an, dont 150 000 logements sociaux, ni le déblocage de 50 millions d’euros pour l’hébergement d’urgence, ni la création des emplois d’avenir, dont le lancement est intervenu dès novembre 2012, ni la création des contrats de génération, ni la suppression de la franchise médicale de 30 euros en vigueur depuis 2011 pour les personnes sans-papiers, ni le rattrapage du RSA socle (+10 % d’ici 2017) et la réforme du RSA activité (contre le non-recours), ni la « Garantie » jeunes pour les 18-25 ans qui ne sont ni en emploi, ni en formation, en situation d’isolement et de grande précarité ; Il s’agit d’un contrat annuel, passé avec le service public de l’emploi, comportant des engagements réciproques ; ni l’augmentation du montant de l’Allocation de soutien familial (ASF) et la majoration du complément familial (CF), ni la baisse du plafond de la CMU complémentaire pour permettre à 500 000 personnes d’accéder à une prestation complémentaire, ou les investissements pour l’hébergement (8 000 places supplémentaires) et l’accès au logement (prévention des expulsions, intermédiation locative, etc.), voire le renforcement de l’accès aux crèches et aux cantines scolaires pour les enfants de famille en situation de pauvreté, la création d’un registre national des crédits aux particuliers – « fichier positif » – pour participer à la lutte contre le surendettement, le plafonnement des frais bancaires pour les plus fragiles, à la faveur de la réforme bancaire.

Et tout ceci dans le cadre budgétaire contraint que tu balayes d’un revers de manche mais qui pèse sur les décisions publiques.

Tu peux ne pas dire bravo, mais au moins un « ça je prends », pour te paraphraser. Rien ! Même chuchoter.

Nous attendons un satisfecit qui ne vient jamais, comme si tu étanchais ta soif d’absolu à l’eau salée de ton amertume. Comme si dans notre défaite, il y aurait une secrète victoire contre le PS.

Comme hier l’extrême gauche, tu considères l’UMP et le PS comme un bloc à combattre en bloc.

Mais même si cela était vrai –ce qui reste à démontrer- comment peux-tu espérer triompher, entraîner, voire unir, dans ce classe contre classe d’un autre temps.

Il n’y a plus de rapport de force global ou national. Il n’y a plus de contradictions dans la société. Il n’y aurait que toi portant la vérité d’un peuple engourdi et une classe médiatico-politique unie dans la volonté de te nuire.

Même ton combat contre le Front national ne souffre pas d’alliés car ce serait le dénaturer.

Tout pas en avant est pour toi un renoncement. Toute tentative de soulager la peine des Français un pis-aller.

Tu te plains, après des charges répétées, d’être maltraité par les socialistes. Mais tu dédaignes toutes les mains tendues, toutes les actions communes. Jusqu’à lancer une campagne contre l’austérité, qui désigne de fait le PS comme responsable. Au moment même où nous affrontons des forces, que tu connais bien, qui refusent le mariage pour tous.

Ce splendide isolement indispose, certains de tes amis, qui peuvent nous critiquer mais cherchent à être utiles. Ils reconnaissent l’action sur le terrain et s’étonnent de cette colère que rien ne vient apaiser.

À force d’être dans l’excès, on n’entend plus rien. Non, François Hollande, ce n’est pas Sarkozy. Il n’y a pas de Merkhollande. Dire comme Nicolas Sarkozy qu’il n’y a qu’une politique possible : celle que préconisait Mme Merkel. Ce n’est pas dire qu’il faut maintenant la croissance, la régulation bancaire, voire la taxation des mouvements de capitaux comme le défend le président François Hollande. Enfin, il ne t’as pas échappé que Mme Merkel a appelé à voter aux élections présidentielles pour Nicolas Sarkozy, pas pour François Hollande.

Tu n’as pas le monopole des ouvriers, des salariés, des sans-grade. Chaque jour, les élus socialistes dans les collectivités que nous gérons ensemble s’échinent à les défendre, à les protéger.

« Tôt ou tard notre heure va venir », dis-tu. Mais avec qui ? Pour quoi faire ? Je me permets de te dire sans vouloir t’offusquer que les dits salariés n’ont pas le temps d’attendre. C’est maintenant qu’il faut mettre les mains dans la boue d’un système, d’un modèle à bout de souffle.

Enfin, qui menace qui ? Tu parles de déluge contre le président de la République, le gouvernement ou les socialistes que tu traites de va-nu-pieds. Et tu t’offusques que l’on trouve cela inopportun, que l’on s’interroge sur les alliances à venir.

Qui veut rompre l’ancestrale alliance de la gauche ?

Tu as le droit de le penser. Mais tu permettras de te dire amicalement que cela n’a jamais mené nulle part. Et surtout, ceci a toujours permis « aux autres » de porter des coups plus durs.

Je crois avec détermination à l’union des forces de gauche et des écologistes. Cela n’a jamais été pour moi, arrêter de penser différemment, ni se mettre au garde à vous parce qu’on hausse la voix, mais être utile à la gauche dans le respect de ses composantes.

Alors, il n’est pas trop tard pour hiérarchiser les critiques, de démêler ce qui est bon et de marcher côte à côte.

Ce n’est pas s’aligner, c’est une question d’efficacité.

Nous ne te demandons pas de cesser de dire ce qui ne va pas. Nous n’avons ni cette prétention, ni cette vocation. Nous te demandons de temps en temps de dire que la gauche fait des choses bien.

Mais serait-ce aujourd’hui trop te demander ?

Amicalement.

Jean-Christophe Cambadélis