Les commentaires3 Commentaires

  1. topaz dit :

    Dans notre pays en crise, que de disproportion et d’énergie dépensée sur le mariage homosexuel. Si l’on sondait la population homosexuelle française sur ses souhaits d’un accès libre au mariage et à l’adoption, on serait probablement étonné par le résultat du sondage …
    Si je ne me trompe, la législation européenne considère que cette question sociétale relève du droit des Etats. Que se passe-t-il alors pour un couple d’homosexuels mariés en Espagne, qui déciderait de venir s’installer, travailler et vivre dans un pays de l’Union qui ne reconnaît pas ce mariage ?
    Jack Lang serait bien inspiré de ne pas s’immiscer dans ce débat.

  2. topaz dit :

    On a comme l’impression, en ce début 2013, que la politique comme le climat, est déréglée ou déphasée. Copinage de droite au conseil constitutionnel, polémique de vocable et de choix Depardieu, Bardot, et les commentaires « lourds » de certains etc… On met l’accent sur l’anecdote de l’histoire et on fait l’autiste sur son préambule, comme on a fait l’impasse sur la taxation des oeuvres d’art. Haro sur la fuite des riches en capital, mais protection des riches en tableaux, un bûcher à tiroirs. La Russie, refuge de célébrités françaises déçues par leur pays, ça fait une moyenne avec les célébrités russes qui ont fait de la France leur destination privilégiée de vacances et un apport en devises non négligeable. Une nouvelle donne d’import-export !
    Ce n’est pas la faute des médias, qui relayent une info. Si l’info est « no comment » par les politiques, elle fait un flop. Si elle est entretenue, elle devient sujet de polémique. Je rappelle ici, pour mémoire, que pas une fois un responsable politique de droite n’a émis, publiquement, un mot déplacé sur la saga DSK. C’était pourtant un sujet éminemment plus politique dans l’instant que Depardieu en Belgique ou en Russie.
    On entend parler de chômage, de pouvoir d’achat, mais comme en virtuel et en parallèle, en donnant la priorité réelle et médiatique à la manif du 13 janvier (c’est aussi le nouvel an russe !). Qu’en pensent les employés de Florange de ce show, de ce cinéma ? Qu’en pensent tous les Français qui n’ont jamais pu se payer une place de cinéma pour voir un film avec Depardieu ? Qu’on s’intéresse plus à lui qu’à eux ?
    Plus de justice et moins d’inégalités, c’est le credo socialiste, alors ce serait bien qu’il commence par le respect dans les priorités et qu’il ne focalise pas toute son énergie sur les exceptions.

  3. BA dit :

    Ramzan Kadyrov est le dictateur au pouvoir en Tchétchénie depuis 2007.

    Pour son trente-cinquième anniversaire, le 5 octobre 2011, des vedettes acceptent son invitation pour des montants inconnus : Jean-Claude Van Damme, Hilary Swank, Eva Mendes, Vanessa Mae (celle-ci pour 500 000 dollars, selon la presse locale).

    Un an plus tard, le 5 octobre 2012, Ramzan Kadyrov a de nouveau payé quelques vedettes pour venir fêter ses 36 ans dans la capitale de la Tchétchénie, Grozny.

    Question : combien de dollars le dictateur Ramzan Kadyrov a-t-il payé à Gérard Depardieu ?

    500 000 dollars ?

    Lisez cet article :

    « Gloire à Kadyrov ! » Depardieu célèbre son ami l’autocrate tchétchène.

    Depardieu n’est pas seulement l’ami de Nicolas Sarkozy et de Fidel Castro.

    Le 5 octobre 2012, Grozny a célébré sa fête annuelle, qui tombe opportunément en même temps que l’anniversaire du président de la République et autocrate tchétchène Ramzan Kadyrov, soupçonné de nombreux crimes.

    Invité d’honneur, l’acteur Gérard Depardieu est venu rendre gloire à son ami Ramzan Kadyrov, qu’il célèbre sur cette vidéo :

    « Gloire à Grozny, gloire à la Tchétchénie, gloire à Kadyrov ! »

    Selon un communiqué de presse officiel tchétchène, le gala auquel assistait Depardieu s’est terminé par une danse caucase au cours de laquelle Kadyrov a dansé quelques pas avec l’autre invitée de marque, l’actrice italienne Ornella Muti.

    Voir la vidéo complète :

    http://www.rue89.com/zapnet/2012/10/22/gloire-kadyrov-depardieu-celebre-son-ami-lautocrate-tchetchene-236434