Conclusion du forum arabe social démocrate

par · 20 janvier 2013

photo

J’ai conclu la plénière du forum arabe social démocrate (Global Progressive Forum Initiative « A common vision for a progressive Arab world »):

« Mes amis je suis heureux de conclure nos travaux. Le Caire, l’Egypte terre de l’histoire non seulement celle des pyramides mais aussi celle de Nasser avec le panarabisme, les nons alignés pendant la guerre froide ou le soutien au FLN algérien (…). Le 15 janvier 2011 dans les rues de Tunis un cris retenti  » Ben Ali est parti  » depuis la révolution ne s’est pas arrêtée (…). La révolution ? La Tunisie est son berceau et l’Egypte son fleuve. (…) Lorsque nous avons vu ce printemps arabe, nous nous sommes dit – même si ce n’est pas comparable – cela ressemble à 1848 en Europe ou aux révolutions démocratiques en Europe Centrale dans les années 1990 (…). Alors tout à coup la Méditerranée est devenu un lac. (…) Les révolutions ont des flux et des reflux et elles ne s’arrêtent pas quand un parti de la révolution est au pouvoir (…). Et si la constitution n’est pas celle du peuple tout entier et des générations futures, si elle est privatisée par un parti, elle devient source d’instabilité. C’est un problème politique démocratique mais pas seulement. Car sans stabilité, pas de subvention, pas d’investissement nécessaires à la croissance du pays. Et cela se paye aux élections suivantes (…). Comment vous aidez sans que l’on utilise cette aide comme la matérialisation du « parti de l’étranger » (…), en étant les sentinelles de la démocratie, en demandant à etre scrutateur lors des élections. Nous le ferons (…). Les Sociaux Démocrates n’ont pas de modèle à vous imposer, mais des références à vous proposer. D’abord la paix ! Paix entre l’Allemagne et la France, paix entre le monde Arabe et Israël (…). Les Sociaux Démocrates n’aiment pas la guerre, mon pays non plus. Et celle qui commence, nous ne sommes que le bras armé de la communauté internationale. Nous sommes intervenus pour éviter une catastrophe plus grande: la prise de Bamako par les Djihadistes terroristes. Nous n’avons pas vocation à rester. La CEDEAO doit prendre le relais. C’est en marche (…). Mais la paix aussi dans la société, pour cela il faut l’égalité et la justice (…). L’égalité ! L’égalité Homme-femme évidemment. Je souhaite aux femmes égyptiennes d’attendre moins longtemps que les femmes française qui ont attendus 150 ou plus (…). Mais aussi surtout l’égalité de destins, la lutte contre la pauvreté, c’est ici que se situe le principal apport des Sociaux Démocrates. J’ajoute l’éducation tant nécessaire à la démocratie. Et enfin la lutte contre la corruption car celle-ci s’ajoute aux inégalités de destin. (…) Tous les conservateurs se ressemblent. Regardez le Tea party chez les républicains américains. Ils allient la main invisible du marché au doigt invisible de dieu (…). Les conservateurs s’attaquent toujours au libre arbitre (…). Reste la liberté ! Je crois que la révolution portée par les téléphones mobiles et l’internet ne peut être confisquée par le voile de l’ignorance. Il suffit de se promener dans la ville du Caire, de voir la jeunesse pour comprendre que la génération connectée ne peut être arraisonnée. Il en va de même dans d’autres pays en asie (…). Quant à la redistribution, ce n’est ni une valeur ni un principe, c’est une nécessité. Le marché est une force qui va mais qui ne sait où elle va. Le profit est son seul moteur. Et la crise sa seule régulation. L’action publique, l’intérêt général sont donc une nécessité que l’on impose de l’extérieur grâce à l’action des Sociaux Démocrates. Evidemment, on ne peut distribuer que ce qu’on produit. Mais pour acheter ce qu’on produit, il faut redistribuer. C’est question de justice mais aussi économique. (…) j’aimerais terminer par un concept qui n’est pas européen mais latino americain, précisément brésilien et qui s’applique parfaitement aux Révolutions arabes. Il s’agit du développement inclusif. C’est-à-dire qu’on ne peut développer une société sans que toute la société en profite. (…) En conclusion l’Europe et le Maghreb voir le Machrek ont un avenir ensemble. Le monde Occidental n’est plus le centre du monde et l’Europe est l’homme ou la femme – selon la légende antique – malade de cet ensemble. Je suis persuadé qu’il n’y aura pas – au delà d’une croissance européenne tournant le dos à l’austérité régressive – il n’y aura pas de renaissance européenne sans naissance de la démocratie arabe. Et celle-ci a besoin pour fructifier de la renaissance européenne. Et l’un et l’autre ne peuvent atteindre leur but sans la social-démocratie. (…) Nous avons tant à faire ensemble, en termes économiques, d’éducation, d’infrastructures de culture, de développement durable ou de sécurité. Vous êtes le Sud jeune qui s’ouvre, alors que nous sommes le nord veillissant qui se ferme. Nous avons besoin de vous pour renaître. Vous avez besoin de nous pour grandir. Il y a là un espace de civilisation autour de ce grand lac méditerranéen dont je parlais, à réinvestir. Nous sommes les seuls à pouvoir le faire. C’est le sens de notre présence et de votre fondation en forum social-démocrate arabe. Merci ».

catégorie Actualité