Interview pour TF1 News

par · 13 février 2013

logotf1news

Interview publiée sur le site de TF1 News et réalisée par Renaud Pila.

Le député PS de Paris approuve Laurent Fabius qui a douté ce matin que la France respecte l’objectif des 3% de déficit en 2013.

TF1 News – Approuvez-vous Laurent Fabius qui juge «probable » que la France ne tienne pas son objectif de déficit public en 2013 ?

Jean-Christophe Cambadélis : Tout à fait, j’avais indiqué il y a quelques mois, avec Claude Bartolone, que nous ne tiendrions pas les 3%. Les 3% sont une chimère nécessaire, mais c’est une chimère. Vu la situation économique de la zone euro, le peu de croissance et les déficits que la droite nous a laissés, on pouvait réfléchir en tendance mais fixer une date butoir pour les 3%, c’était mettre une barre trop haute par rapport à nos perchistes économiques.

TF1 News- Mais est-ce le bon moment pour briser ce tabou ?

Il faut être honnête avec nous-mêmes et prévenir les Français. Il ne sert à rien de faire croire que l’on tiendra ce que l’on sait que l’on ne peut pas tenir. Même s’il faut continuer à se battre sur les déficits publics et tout faire pour que la croissance soit là.

J’ajouterai que le budget européen, même s’il est un bon compromis pour le président Hollande, n’est pas tout à fait à la hauteur pour l’Europe. Il n’est pas un moteur de croissance. Ceci ajouté à cela, il faut prévenir aujourd’hui que l’on ne tiendra pas les 3%

TF1 News – Le gouvernement a-t-il alors trop tardé ?

Non il était dans son rôle. A partir du moment où nous étions dans une situation économique épouvantable et un moral des Français comparable, le gouvernement avait un volontarisme bienvenu. Mais il fallait quelques voix pour dire que ceci ne se ferait pas.

TF1 News – La Cour des comptes outrepasse-t-elle son rôle comme le disent certains ?

Elle est dans son rôle même si sur toute une série de sujets, elle tend à se substituer au politique, à juger en opportunités politiques. Qu’elle dise que la France ne pourra pas tenir l’objectif de déficit au vu de ses comptes me paraît être dans ses prérogatives. Qu’elle indique la manière pour le pays d’obtenir cet objectif, alors elle outrepasse son mandat.

TF1 News – Les mauvaises nouvelles économiques se multiplient. Le gouvernement n’a-t-il pas dit la vérité pendant la campagne ?

Non. Je crois qu’il faut reconnaître que la partie n’a jamais été facile pour le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Tous les licenciements qui ont été reportés à après la présidentielle ont porté un coût à l’espoir qui est toujours nécessaire à la croissance.

Il faut continuer cette politique de redressement et d’assainissement, sans tuer le dernier petit moteur de croissance qui tient l’avion France hors du sol. Mais en même temps, il faut savoir que les économies seront toujours nécessaires.