Un casse tête et une solution

par · 18 février 2013

rubikscube

Le casse tête c’est où faire porter la rigueur ? Après la Cour des comptes qui joue le rôle de chasse-neige en s’inventant un rôle politique, la Commission de Bruxelles va constater les efforts et les résultats dans une situation de faible croissance. Au delà de la demande à la perversité jubilatoire portée par certaines élites : il faut que ça saigne. La France doit éviter la Grèce ou l’Argentine. Autant dire qu’il faut rester sur la même trajectoire, les 3% le plus rapidement possible. Mais pas un tour de vis brusque. Nous avons désendetté comme jamais, il ne faut pas déraper. Continuer à désendetter tout en maintenant les derniers moteurs de croissance. Il faut jouer « fin guidon » comme on dit dans le cyclisme. Le PS doit dire : il faut continuer mais pas d’embardée ! Le PS doit appuyer le Parlement européen dans sa demande de réévaluation du budget européen. Pas simplement instaurer une clause de revoyure à meilleure fortune, mais augmenter les budgets sociaux et d’ajustement à la mondialisation. Nous devons évidemment marquer la responsabilité de l’UMP en France et du PPE en Europe.

Il y a un autre casse-tête, le cumul et le droit de vote des étrangers. On ne peut pas trainer cela pendant des mois. Harlem Désir a raison de porter ses aspirations. Le PS devrait porter un projet de référendum institutionnel. Une modernisation de nos institutions en demandant aux Français de trancher le statut du Président de la République, sur le cumul des mandats et sur le droit de vote des étrangers aux élections locales. Nous devons prendre l’initiative pour dénouer la situation, sinon elle nous sera imposée dans tous les domaines.