Centrafrique: le Parti socialiste exprime son inquiétude sur le retour de la crise politique

par · 24 mars 2013

logops160

Par Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire national à l’Europe et à l’international

La rébellion centrafricaine de la Séléka est entrée dans la capitale, Bangui, et auraient investi le palais présidentiel de François Bozizé.

Le Parti socialiste exprime sa vive préoccupation sur la résurgence de la rébellion et craint qu’elle n’entraîne des violences dont pâtirait la population civile. Il partage ses inquiétudes avec les ressortissants français en Centrafrique et fait confiance dans la capacité du contingent français présent à Bangui pour assurer leur protection.

Le Parti socialiste invite le Conseil de Sécurité des Nations, réuni d’urgence par la France, à se saisir de cette nouvelle crise. Il attend en particulier une réaction vive de la Communauté économique des États d’Afrique centrale pour rappeler que les accords conclus le 11 janvier à Libreville sous son égide, sont la solution de sortie de crise et non un retour à la violence. De fait, la rébellion doit urgemment discuter avec le gouvernement d’union nationale déjà mis en place, et dirigé par l’opposant et Premier ministre Nicolas Tiangaye.