Le coup de tonnerre de l’Oise

par · 24 mars 2013

jean-francois-mancel

Tout ce qui compte de médias autorisés ou pas sont sur Nicolas Sarkozy ou sur Jean-Luc Mélenchon voire sur les gaz lacrymogènes des Champs-Elysées.

Le pays s’en moque. La donne change. Les élections de l’Oise sont un laboratoire grandeur nature de ce qui mature voire fermente réellement dans notre pays. Non seulement le Parti socialiste est éliminé au premier tour de l’élection pendant que le Front de Gauche est laminé, mais au second tour, le candidat de l’UMP engrange difficilement 11 points pendant que le FN fait un bond de 6 000 voix et progresse de près de 25% !

C’est considérable et cela démontre que la banalisation de Marine Le Pen porte ses fruits.

Évidemment on vous rassurera avec le cas Mancel. On vous dira que dans la semaine, Jérôme Cahuzac plus Nicolas Sarkozy cela fait beaucoup. Bref, on vous rassurera au travers de raisons conjoncturelles. Grave erreur, elles ont joué à la marge.

La tendance lourde est là. Le Front national absorbe la contestation nationale. Le pays manifeste dans les urnes. Ceci aura des conséquences aux élections municipales, européennes et régionales. Il s’agit bien d’un coup de tonnerre car le premier tour démontre que le FN est le premier vecteur de la contestation et au second tour qu’il n’y a plus de barrage anti-frontiste.

Merci à Nicolas Sarkozy qui a abaissé le cordon sanitaire mais aussi à beaucoup d’autres qui croyant dérober le feu lepéniste en paraphrasant son langage ont pavé son ascension.