La course à la transparence politique

par · 10 avril 2013

logoump

Dans le tumulte de la crise de confiance où les politiques font mine de croire, ou croient que c’est dans l’autoflagellation qu’ils trouveront leur salut.

Alors que la crise de confiance prend sa source dans le scepticisme des Français dans la capacité de leur représentation et des élites d’offrir un monde meilleur. Dans ce moment où il faut reprendre la marche à la République exemplaire que l’aveu de Cahuzac a grandement ruiné. A cet instant où les populismes, les démagogies, riment avec cynisme et impuissance pendant que la Vème République a de plus en plus de mal à contenir les crises répétées et principalement la crise économique et sociale. Bref à ce moment T, il n’est pas inintéressant de regarder ce qui se passe à droite et à l’extrême droite.

Marine Le Pen est aphone car il est maintenant avéré qu’elle savait via son ami Philippe Péninque qui avait ouvert le compte pour Jérôme Cahuzac. La question va être pourquoi sachant n’a t-elle rien dit ? Qu’est-ce qu’elle protégeait ? Elle si prompt à pourfendre la « RIPOUBLIQUE ». Elle ne sortira pas indemne de ce soupçon. Même si la marque Le Pen restera le vecteur du coup de pied de l’âne électoral.

Mais dans la droite classique les jeux de rôle sont édifiants. François Bayrou pronostique un changement de gouvernement. On imagine que la démarche n’est pas désintéressée. Jean-Louis Borloo se tait pour rester à l’écart des éclaboussures. Nicolas Sarkozy se fait tout petit de peur que le mistigri repasse par lui. Henri Guaino a disparu. Eric Woerth est aux abonnés absents. Tout ce joli monde redoute des mises en examen dans l’affaire Tapie ou autre. Mais ce n’est pas l’essentiel. La guerre Fillon / Copé a repris.

C’est l’inénarrable Laurent Wauquier dans un petit traité de mélodrame qui a mis le feu aux poudres, dévoilant son maigre patrimoine pour mieux sous-entendre que celui de Jean-François Copé est conséquent.

François Fillon a poursuivi dans la même veine, s’exposant d’ailleurs à de nombreuses questions. Mais l’idée est de débusquer Copé. Tout à la fois pour avoir utilisé son carnet d’adresses d’ancien ministre lors de son embauche dans un cabinet d’affaires. Mais aussi pour sous-entendre que le patrimoine non dévoilé de l’ex-ami de Ziad Takieddine était douteux. La relève à droite, la main sur le cœur, publie son patrimoine pour mieux souligner les turpitudes de Nicolas Sarkozy et que Copé ne le fait pas. Alors pour contrer ce combat douteux, il fallait faire diversion. C’est le Rantanplan de la droite qui va s’y coller en traitant Jean-Marc Ayrault et Harlem Désir de repris de justice. Christian Jacob, bas de plafond, n’y va pas de main morte, mais il faut bien cela pour protéger son champion.

C’est à cet instant que Xavier Bertrand s’avance en proposant une consultation interne à l’UMP qui poserait comme question, faut-il garder le président de l’UMP ? Tout cela serait risible si on ne constatait pas dans le même temps le durcissement de la base de la droite au travers du refus du mariage pour tous. On aurait tort de négliger cet aspect du paysage de la crise à droite. Derrière la course à la transparence à droite, il y a beaucoup d’arrières pensées qui ont moins à voir avec la République qu’avec la lutte pour le pouvoir.

Les commentaires4 Commentaires

  1. M.A dit :

    Moi aussi j’ai eu honte qu’un député de la République monsieur jacob puisse tenir de tels propos envers J.M.Ayrault , et choquée qu’ aucune radio ni TV n’ai dénoncé cette insulte envers le Premier Ministre de la France!!!

    Plus encore hier lorsque le J.M.Aurault a voulu faire un clein d’oeuil a cette insulte , menace de Borloo de boycoter la réunion des président de groupe!!!

    Mais je suis absolument ravi l’ors de sa conférence de presse comment le Président de la République a piegé l’opposition !!!

    ils vont se bouffer le nez ( excusez l’expression) et c’est tant mieux!!!

  2. topaz dit :

    François Hollande a fait des propositions précises dans un délai rapide. Il est lui-même monté au front. C’est le choc dans l’action et c’est bien, la juste réaction d’un président qui fraichement élu voit tous ses principes et promesses de campagne bafoués. L’opposition est incohérente et adopte une ligne de risposte dangereuse. Dans une affaire similaire sous l’ère Sarkozy, est-ce le président ou le premier ministre qui se serait impliqué en première ligne ? La réponse est limpide. Si Hollande n’était pas passé à l’action, que n’aurait-on entendu … laxisme, laisser-faire, collusion etc… Alors pour faire diversion, la droite devra trouver autre chose !

  3. merlemoqueur dit :

    Une République exemplaire doit montrer rapidement et efficacement sa volonté de diminuer la corruption.

    La déclaration volontaire de patrimoine des élus devrait évoluer vers une déclaration identique à celle des contribuables soumis à l’impôt sur la fortune. Elle serait contrôlée par le fisc du domicile de l’élu, au minimum en début et en fin de chaque mandat. Les membres des cabinets ministériels devraient être également soumis à ce contrôle.

    Cette déclaration de patrimoine devrait être obligatoire également aux hauts fonctionnaires gérant des montants importants.

    Si l’on veut que la République soit exemplaire, il faut s’en donner les moyens, et le plus vite serait le mieux, pour rétablir la confiance des électeurs.

  4. Baron dit :

    je suis outré par les termes « repris de justice » à l’égard de Mr Jean Marc Ayrault »et par le vocabulaire de Christian Jacob..Personne pour leur donner un CARTON ROUGE…cela dépasse l’entendement !