La confrontation avec Angela Merkel a commencé

par · 17 avril 2013

logocdu

Contrairement à nos commentateurs dont la myopie n’a d’égal que la prétention. Contrairement à nos opposants professionnels qui professent un culte de l’écrit et se regardent avec ravissement uniquement dans leurs propres écrits. Contrairement à la classe technocratique qui ne regarde que les eurocrates. La confrontation a commencé sous l’impulsion de François Hollande qui a estimé que l’heure était à la pression amicale avec l’Allemagne, du Parti socialiste qui a adopté à l’unanimité un texte critiquant l’Allemagne de Madame Merkel, et surtout l’évolution de Peer Steinbrück qui dans le Congrès de Augsburg a effectué un virage brisant le consensus allemand. Il a appelé à la relance salariale via le SMIC. Immédiatement la droite allemande a répondu par la voix de Madame Merkel :  » l’Allemagne ne peut supporter un autre plan de relance ». Le Ministre des Finances M.Wolfang Schäuble a tout de suite dit que « l’heure n’était pas à la régulation bancaire ». Il a fallu un battement d’aile de la France pour que l’Allemagne bouge dans l’argumentaire. C’est la première escarmouche. Mais elle est déjà signifiante. Alors la réorientation est possible. En Allemagne la convergence Verts/SPD, en Europe la montée du social et la convergence contre l’austérité, Tout ne fait que commencer !