Armistice et nouvelle phase

par · 8 mai 2013

euromonnaie

La décision de la Commission sur le dogme des 3% ouvre une nouvelle époque. Il s’agit incontestablement d’une victoire pour les tenants de la thèse de la réorientation de l’Europe. Pour le Président de la République et son Premier ministre qui avaient fait du sérieux à Paris pour réorienter à Bruxelles la pierre angulaire de leur politique européenne. Chacun pourra comparer la méthode Sarkozy et celle de Hollande dans ce domaine. Succès pour ceux qui comme Martine Aubry lors de la primaire, Claude Bartolone, Harlem Désir ou moi-même défendions la thèse de la trajectoire plutôt que le couperet.

C’est surtout un succès pour les français qui ont consenti de grands efforts et sont récompensés. C’est aussi un succès car il n’est pas seulement applicable à la France. Le temps c’est de l’argent pour les investissements nécessaires à la croissance. L’Etat va pouvoir continuer le redressement de la France et le faire avec plus de justice. Mais cela ne veut pas dire que la Commission et les droites européennes aient abandonné leur dogme libéral.

Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso sont toujours sur la thèse de la réduction du périmètre de l’Etat, de la compression des coûts salariaux et des politiques de solidarité. Mais les tenants de la croissance pour sortir de la crise et de la dette ont mis le pied dans la porte. Le Président de la République va pouvoir plaider avec plus de force les mesures de la relance. Maintenant que le dogme de l’ajustement budgétaire comme source de croissance est entamé. Avec l’armistice dans la guerre des 3%, une nouvelle phase s’engage. L’époque de la consolidation du redressement commence. Elle peut s’accompagner d’un nouveau dispositif politique dont le tout Paris parle. Mais ce n’est pas là l’essentiel. Il faut maintenant hiérarchiser les réformes et les étaler sur les deux années. C’est un avantage à ne pas gaspiller dans la tempête que traverse la France. Et il faut garder le cap du triptyque socialiste: Assainir les finances publiques, redresser, renouveler notre modèle productif ET réorienter l’Europe.