Place Taksim: Ergodan choisit la crise

par · 12 juin 2013

Taksim_Square

Au douzième jour de la contestation turque, le Premier ministre Erdogan a choisi la confrontation violente et l’épreuve de force.

Il refuse d’écouter le peuple turc. En traitant les citoyens de « pillards », il fait le choix de l’épreuve de force.

L’arrestation de plusieurs dizaines de parlementaires et d’avocats est inadmissible pour un grand pays comme la Turquie qui revendique son statut de démocratie.

Choisir l’épreuve de force, c’est choisir l’impasse alors que ce qui s’exprime dans l’ensemble du pays c’est l’aspiration au dialogue et à une sortie de crise pacifique.

Le Parti socialiste demande la libération immédiate des députés et des avocats arrêtés, l’arrêt des violences et il appelle au dialogue pour que les aspirations démocratiques qui s’expriment dans la rue soient entendues.