Tout est fait pour le FN

par · 20 juin 2013

drapeaubbrflotant
Le vote frontiste a deux raisons, la frustration et la hantise et un moteur, l’abstention. La frustration de voir son territoire moins bien doté, ses enfants moins bien servis, ses efforts mal récompensés, sa situation peu prise en compte, son avenir sans débouché, voire du décrochage pour soi ou pour le monde occidental, la frustration de l’impôt injuste et qui ne protège pas ou ne repart pas, et enfin la frustration vis-à-vis des élites qui pontifient en rond et ne règlent rien voire sont corrompues. L’anti-système est là et repose sur ces frustrations. La hantise de la perte de statut, que « l’autre » ait des droits que l’on n’aura pas, hantise du métissage : culturel, social, ethnique, hantise de l’islam comme révélation de la perte de repères. La hantise de l’insécurité médiatisée sans temps mort.
Le vote frontiste n’est pas un vote de projet mais de rejet. Et il s’enkyste dans le paysage politique français au point de faire émerger un tripartisme.
Mais Le moteur c’est l’abstention. Plus l’abstention est haute, plus le vote de rejet frontiste est fort. Or, cette semaine ce fut un festival pour l’abstention: les affaires d’abord, les annonces du rapport Moreau, la gifle administrée à l’électorat socialiste par Jean-François Copé: « l’objectif à Villeneuve c’est de battre François Hollande », jusqu’à la suspicion jetée sur les élus, sur leur retraite ou le reste. La rancoeur est partout, l’intérêt général nulle part. La lente décomposition du champ politique où les contradictions et oppositions sont telles, qu’elles paralysent la volonté.
C’est le climat d’avant guerre. On va au choc. Mais les querelles de voisins de palier sont plus importantes…