Interview dans le Parisien sur l’espionnage de l’Europe par les Etats-Unis

par · 1 juillet 2013

Jean-Christophe Cambadélis répondu dans Le Parisien à une interview que vous pouvez lire ci-dessous:

logoparisienJean-Christophe Cambadélis chargé des questions internationales et européennes au PS, demande la suspension des négociations sur le traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Europe.

Comment réagissez-vous aux révélations du « Spiegel » sur l’espionnage de l’Europe par les Etats-Unis ?

Un pays allié, membre de l’OTAN, se proposant de faire un traité transatlantique de libre-échange avec L’Europe, qui espionne non seulement des députés européens mais également le Conseil européen, c’est inacceptable ! C’est une affaire gravissime, si elle est confirmée. Martin Schultz, le président socialiste du Parlement européen , a eu raison de réagir immédiatement et de préciser que cela pouvait unité aux relations entre l’Europe et les Etats-Unis.

On a l’impression que, pour l’instant, le gouvernement français est, lui, très prudent. Pourquoi ?

Ce n’est pas de la timidité, c’est la nécessaire précaution quand, pour l’instant, il ne s’agit que des révélations d’un journal. La France doit r »agir quand les preuves seront là. C’est vrai que « Der Spiegel » n’a pas l’habitude de monter des canulars, et ils ont dû vérifier en mesurant l’importance de leurs révélations. C’est pourquoi, dores et déjà, le PS et le PSE ont réagi. En précisant combien nous étions choqués.

Que faire d’autre ?

Il faut bien évidemment exiger des explications du gouvernement américain. Or, le fait qu’elles tardent à venir n’est pas bon signe. En attendant, il faut immédiatement suspendre les négociations sur le traité de libre-échange actuellement en cours.

Les socialistes devaient plus s’attendre à ces pratiques de la part de George W. Bush que de Barack Obama, non ?

C’est très étonnant. Ce n’est pas dans la ligne de ce que défendant Barack Obama. S’il s’avérait qu’il a donné les autorisations pour un tel espionnage, nous serions évidemment cruellement déçus.

Demandez-vous, comme Jean-Luc Mélenchon, l’asile politique pour Edward Snowden, l’informaticien à l’origine de ces fuites ?

Cette proposition a déjà été faite aussi par Marine Le Pen. Bien sûr, M. Snowden a fait des révélations utiles pour la démocratie mondiale. Mais ne mélangeons pas tout, car on ne sait pas où tout cela peut s’arrêter. On suppose des écoutes dans des locaux européens, l’écoute de parlementaires… Ne créons pas de diversion et exigeons sur cette question – je le répète – des éclaircissements. Il faut hausser fortement le ton. Pour cela, l’unité des Européens est essentielle, ce sera nettement plus efficace.

Propos recueillis par Rosalie Lucas.

Les commentaires1 Commentaire

  1. Edmond Giraud dit :

    Concernant l’asile politique il faut savoir qu’il existe un droit d’asile dit territorial, qui peut être accordé en urgence par le Ministre de l’Intérieur sans qu’il ait à donner de justification.
    La loi du 11 mai 1998 institue l’asile territorial. Cette forme d’asile peut être accordée par le ministre de l’Intérieur … à un étranger si celui-ci établit que … sa liberté est menacée dans son pays.
    Dans le cas de Snowden, le droit d’asile mis en avant pourrait ensuite être celui sur fondement constitutionnel. La qualité de réfugié peut être accordée sur le fondement constitutionnel tiré du quatrième alinéa du préambule de la constitution de 1946, aux personnes persécutées en raison de leur action pour la liberté. Cette formulation implique une action positive, orientée … vers la défense de la « liberté » républicaine, l’établissement d’un Etat de droit garant des libertés individuelles et collectives.