Le Match Fillon / Sarkozy commence

par · 5 juillet 2013

fillonsarkozyLa démission du Conseil Constitutionnel (vrai-faux) prétexte après l’invalidation des comptes de l’ex président: ce geste pour retrouver la liberté de parole et gommer un peu l’effet calamiteux du rejet des comptes de campagne. Nicolas Sarkozy revient dans l’arène, recevant la Droite forte et s’apprêtant à participer à sa première réunion samedi.

Assiégé par les affaires, humilié par la nécessité de faire la manche, cornérisé par la montée irrésistible de Marine Le Pen, « challengé » par François Fillon, amputé par la dissidence de Jean-Louis Borloo, Nicolas Sarkozy une fois installé Jean-François Copé sur une demi UMP, se lance. Le premier objectif est de redevenir maître du jeu à droite. Car les affaires ont fait douter tout le monde. Et elles peuvent devenir un obstacle. Alors autant se victimiser. La menace de Claude Guéant dans l’Express – refusant de jouer les Juppé de Jacques Chirac – a été ressentie comme un coup sous la ligne de flottaison sarkozienne. Les résultats des élections partielles ont démontré, au delà des coups de clairons de victoire, la dynamique du Front National. L’UMP sans leader, sans stratégie efficace et sans programme, si ce n’est réclamer le PS, en pire.

Plus de rigueur, plus de tour de vis budgétaire, plus sévère sur les retraites, plus d’alignement sur Angela Merkel etc. Bref, l’UMP est ouverte à tous les vents et sans force propulsive à part la sanction. Mais il y a un autre obstacle, c’est François Fillon qui veut incarner la deuxième droite.

Nicolas Sarkozy doit impérativement réduire cette menace car si François Fillon s’installait ce serait la fin de ses espoirs. Il faudra ensuite réduire la sécession Borloo, avant de se tourner contre le Front ou plutôt le suplanter. Et là aussi il faut faire vite, car le paysage se modifie. La montée de Marine Le Pen mord sur tous les électorats et complique la stratégie de tous les états-majors.

Enfin, personne ne sait comment se comportera le peuple français face à la sévère potion de redressement que la gauche doit administrer à la France pour sauver le pays. On voit de Rio à Istanbul, du Caire à Lisbonne les peuples agir.

Tous ces éléments nécessitent d’agir vite et de commencer le match avec François Fillon.