RDC : acharnement du pouvoir sur un opposant politique

par · 19 juillet 2013

rdcL’opposant congolais Eugène Dioumi Ndongala, dirigeant du parti Démocratie chrétienne et allié de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, subit depuis plus d’un an des actes de harcèlement et des mesures de détention arbitraires orchestrés par le pouvoir en place à Kinshasa.

En octobre 2012, quelques jours avant le Sommet de la francophonie à Kinshasa, le Parti socialiste avait exprimé son soulagement suite à la libération de l’opposant « Dioumi », alors détenu plusieurs mois dans un lieu secret.

Le Parti socialiste suit avec attention les nouvelles vicissitudes judiciaires imposées à l’opposant congolais, soumis à une justice clairement partiale. Il a appris avec inquiétude la tentative, par des militaires, de transférer hier l’opposant vers un lieu de détention inconnu. Le Parti socialiste reste vigilant sur le sort de cet opposant.

Au lieu de mesures d’oppression, le Parti socialiste attend plutôt du pouvoir congolais que soit organisé enfin un dialogue politique inclusif et sincère afin de remédier aux carences patentes de la démocratie en République démocratique du Congo.