Mois août 2013

31 Août

Commentaires fermés sur David Cameron affaibli

David Cameron affaibli

par

cameronL’économie anglaise bat de l’aile et la City n’a jamais totalement récupéré du désastre des subprimes. Non seulement sur le plan de sa puissance financière mais parce que Gordon Brown a dû faire appel aux nationalisations donc à l’Etat pour faire face à la crise. Ce désaveu idéologique fut tout aussi important. Depuis l’alliance des conservateurs et des libéraux-démocrates il n’a jamais repris la main. Le leadership de David Cameron a toujours été en demi-teinte. Le vote à la Chambre des communes contre le principe d’une intervention est un camouflet lourd de conséquences. C’est la première fois depuis plus de deux siècles que le Parlement se dérobe à un acte de guerre. Certes il y a le mensonge de Tony Blair derrière l’hésitation des parlementaires. Notons au passage que le Parti Travailliste a l’initiative du refus a soldé ainsi le refoulé de cette funeste décision. Certes 30 parlementaires conservateurs refusant de suivre leur leader cela fait beaucoup. Enfin l’Angleterre perd tout à la fois le rôle d’allié des Etats-Unis et de puissance d’influence militaire majeure en Europe. Mais ce n’est pas l’essentiel. L’affaiblissement de David Cameron aux yeux de l’opinion annonce une grande difficulté à convaincre les anglais lors du référendum sur l’appartenance de la Grande-Bretagne à la communauté européenne. Cela veut dire que le chef de file des tenants de l’Europe seulement grand marché est affaibli et qu’il peut même se retrouver hors de l’Europe. On n’en est pas là. Mais voilà un dommage collatéral inattendu. Si on le combine au changement de ton allemand, consécutif au ralentissement économique et à la campagne électorale, cela marque un peu plus le nouveau cour actuel en Europe où les conservateurs dominant depuis une décennie n’ont plus totalement la main.

30 Août

Commentaires fermés sur Syrie, faut-il ne rien faire ?

Syrie, faut-il ne rien faire ?

par

parlementangleterreAprès le vote du Parlement britannique, le camp du « laisser faire » pense avoir obtenu gain de cause. Surfant sur le précédent irakien et on comprend tant la guerre de Bush et Blair était infondée et une erreur. Mais aujourd’hui ne rien faire serait pire que sanctionner Bachar-El-Assad. Évidemment la restitution de l’enquête des Nations-Unies aura son importance. Mais encore une fois la preuve irréfutable sera difficile à présenter. A moins que les enquêteurs découvrent une « provocation ». Nous en resterons là. Donc suivre les tenants du « laisser faire », c’est démontrer que le monde occidental est impuissant à faire respecter les traités. C’est libérer dans d’autres partis du monde l’utilisation des armes chimiques. C’est relativiser le bouclier nucléaire. C’est surtout sur le terrain offrir la main mise totale de Al-Nosra sur les Sunnites qui auront l’impression d’avoir été abandonnés. Bref, il faut combattre le « laisser faire ». La sanction doit s’opérer, le niveau est secondaire. La coalition doit être la plus large maintenant que la ligue arabe a condamné le régime du dictateur. Quant à la solution du conflit, elle est assurément politique. Mais tant que les russes la bloquent et que les iraniens, avec le Hezbollah, font le boulot sur le terrain, c’est pour le moins compliqué. Le report de la conférence sur la Syrie en est la démonstration. Voilà pourquoi il faut distinguer la sanction pour l’utilisation des armes chimiques de la lutte pour une solution politique qui passe par le départ de Bachar-El-Assad.

catégorie Actualité, Ecrits, Expressions

Tag

29 Août

Commentaires fermés sur Le mensonge irakien protège Assad

Le mensonge irakien protège Assad

par

powelusamensongeLa décision de Georges W. Bush et Tony Blair d’intervenir en Irak sur la base de fausses preuves a créé un traumatisme majeur. Les Etats-Unis ont gagné la guerre mais par cette faute ont perdu l’honneur de la faire. Aujourd’hui fort de ce fâcheux précédent Bachar-El-Assad se voit offrir un bouclier dans une partie de l’opinion. Apportez la preuve avant de frapper ! Evidemment il est peu probable que celle-ci soit à 100% intangible. On imagine mal les auteurs laisser leurs marques dans ce genre d’affaire. Le déplacement de la polémique de la barbarie du régime à la nature de la preuve sont signifiantes du désarroi des nations face aux dictatures. L’anti américanisme que Barack Obama redoute fait le reste. Les démocraties sont dans une tenaille paralysante, l’horreur de la répression du boucher de Bagdad et l’horreur des conséquences de leur sentence. La politique est congédiée. Bush voulait aller en Irak pour des raisons idéologiques dictées par les néo-conservateurs. Obama ne veut pas y aller car il veut changer d’axe stratégique: l’Asie et la reconstitution de l’économie américaine. La poudrière au Moyen-Orient ne va pas exploser, elle a implosé. La dissémination des armes chimiques malgré les traités est une réalité et le principe de précaution est bien de sanctionner ceux que s’en sont émancipés. Il s’agit que chacun sache qu’il y a un prix à payer à gazer les peuples. L’Iran regarde sans trop crier et le Hezbollah laisse entendre que si l’opération n’était que punitive, il ne bougerait pas. Il ne s’agit pas de déclarer la guerre à Bachar-El-Assad. Il s’agit de déclarer la guerre à l’utilisation des armes chimiques. Cela va affaiblir Bachar-El-Assad ? Que ceux qui veulent le défendre s’avancent !

28 Août

Commentaires fermés sur Martin Luther King

Martin Luther King

par

lutherkingImaginez les Etats-Unis, superpuissance du monde libre, cette grande nation, venue libérer la l’Europe du nazisme, abritait en son sein un régime d’apartheid.

En 1863, le Président Abraham Lincoln abolissait l’esclavage – quinze ans après la France, mais malgré la promesse faite aux Noirs d’avoir les mêmes droits que les Blancs, avec, pour démarrer dans la vie, 40 acres et une mule, il fallut encore un siècle pour passer de l’abolition à la déségrégation.

Lois raciales dans le Sud, séparation, justice d’exception, préjugés, lynchages, intimidations au moment des élections, tel était le quotidien de ces noirs.

Même s’ils donnèrent leur sueur pour la prospérité économique du pays dans les champs de coton du sud ou dans les usines du nord, même s’ils donnèrent leur sang pour la liberté en servant de chair à canon dans les premières lignes des batailles en Europe, ils n’eurent toujours pas l’égalité des droits.

L’Histoire du mouvement des droits civiques, incarnée par Martin Luther King, Prix Nobel de la Paix et martyr de sa cause puisqu’il fut assassiné, est connue. Mais sa signification politique demeure intacte et d’une grande actualité.

Ce mouvement non violent réinventa la désobéissance civique, il innova dans les formes de mobilisation qui inspirèrent les mouvements contestataires des années suivantes.

Les marches de ces années comme celle de Selma ont certainement ouvert les portes de Washington à Obama…

Le discours de Martin Luther King est un vibrant plaidoyer pour l’égalité et la justice. Il démontre que l’identité et la dignité humaine ne sont rien sans la pleine jouissance des droits et l’accès aux opportunités comme l’éducation, l’emploi, le logement et une retraite décente.

Le Parti démocrate a payé cher ce soutien à la cause des droits civiques car il perdit ses bastions historiques du Sud, mais le mouvement était en marche.

De ce côté-ci de l’Atlantique, les marches continuent. Trente ans après la Marche des Beurs, tout n’est pas gagné. Il y a eu des victoires éclipsées par des reculs, mais on avance.

Nous n’oublions pas que ces pages d’Histoire furent aussi écrites avec le sang et les larmes de milliers de personnes matraquées ou assassinées par ceux qui refusaient que le monde change.

C’est l’honneur de la gauche de puiser aussi son inspiration dans cette histoire pour continuer à mener dans le monde entier le combat contre toutes les injustices.

La vidéo:

27 Août

Commentaires fermés sur Expédition punitive à Castres dans la nuit du 11 au 12 juillet : question à Monsieur le Ministre de la Défense

Expédition punitive à Castres dans la nuit du 11 au 12 juillet : question à Monsieur le Ministre de la Défense

par

facade-AN

Question publiée au JO le : 27/08/2013 page : 8928

M. Jean-Christophe Cambadélis alerte M. le ministre de la défense sur la « visite » de quelques dizaines de militaires en tenue du 8e RPIMa dans le quartier d’Aillot à Castres dans la nuit du 11 au 12 juillet 2013, suite au cambriolage de la maison de l’un des leurs auparavant. Selon le témoignage et la plainte de jeunes habitants de ce quartier HLM c’est aux cris de «Bande de macaques. Où vous êtes les macaques ?», que ces militaires en tenue sont venus terroriser les habitants de ce quartier, semant le trouble dans les rues de nuit. Il souhaiterait connaître les éventuelles mesures qui seront prises à l’encontre de ces soldats si cette expédition punitive était avérée.

 

 

27 Août

Commentaires fermés sur Emploi d’une aide à domicile par des personnes retraitées non imposables : question à Madame la Ministre déléguée auprès de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des personnes âgées et de l’autonomie

Emploi d’une aide à domicile par des personnes retraitées non imposables : question à Madame la Ministre déléguée auprès de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des personnes âgées et de l’autonomie

par

Nurse Holding Elderly Patient's Hand

Question publiée au JO le : 27/08/2013 page : 8942

M. Jean-Christophe Cambadélis interroge Mme la ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes âgées et de l’autonomie, sur la situation concernant l’emploi d’une aide à domicile par des personnes retraitées non imposables. Actuellement, et ce malgré les progrès apportés par la loi sur le droit au logement opposable, les personnes âgées qui ne sont pas imposables ne bénéficient d’aucune réduction pour les emplois familiaux. Ces personnes sont pourtant parmi les plus vulnérables socialement et à même de nécessiter l’assistance d’une personne à leur domicile. Une question similaire (n° 07868) avait déjà été posée en 2009, dans laquelle M. Jean Besson, sénateur, demandait au ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, quelles étaient les mesures que le Gouvernement envisageait de prendre pour faire cesser cette situation discriminatoire, ainsi qu’en 2010 par Mme Françoise Laurent-Perrigot, sénatrice, pour inciter le Gouvernement à faire évoluer la situation. Les réponses apportées le 25 juin 2009 et le 9 septembre 2010 évoquaient les améliorations concernant les personnes en situation imposable ou particulière (invalidité, dépendance). Aussi, il souhaiterait également connaître les éventuelles conséquences économiques pour l’État qu’entraînerait une baisse du coût des emplois à domicile pour les personnes retraitées non imposables.

 

Réponse publiée au JO le : 03/02/2015 page : 742

L’article 70 de la loi de finances rectificative pour 2006, modifié par l’article 60 de la loi du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale, a transformé la réduction d’impôt pour l’emploi d’un salarié à domicile en crédit d’impôt. Compte tenu de son coût, le crédit d’impôt a, toutefois, été réservé aux personnes qui exercent une activité professionnelle ou qui sont demandeurs d’emploi. En effet, pour ces personnes, le poids d’un salarié à domicile peut, lorsque le contribuable est non imposable, être jugé excessif par rapport au maintien dans l’activité ou l’entrée sur le marché du travail d’un des membres du foyer fiscal. Les autres personnes qui ont recours à un salarié à domicile et notamment les personnes âgées, bénéficient d’un avantage fiscal qui prend la forme d’une réduction d’impôt. Dans un contexte budgétaire difficile, il n’est pas envisagé de modifier ce régime. Cela étant, l’aide au financement des emplois de service par les particuliers ne s’apprécie pas uniquement à travers la réduction d’impôt évoquée, mais aussi en fonction des allocations à caractère social versées par l’Etat et les collectivités locales. Il en est ainsi, par exemple, de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) pour les personnes âgées dépendantes, qui, au surplus, est exonérée d’impôt sur le revenu. Par ailleurs, le chèque emploi service universel (CESU), institué dans le cadre de la loi du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne, répond aux besoins des personnes âgées dès lors que tout organisme (mutuelle, collectivité locale, association, etc.) peut, à travers ce dispositif, participer sous la forme d’un abondement au financement de l’emploi d’un salarié au domicile des particuliers. Enfin, le Gouvernement a annoncé son intention de procéder à une réforme juste et solidaire de la prise en charge des personnes âgées privées d’autonomie. A cet égard, la feuille de route sociale élaborée lors de la grande conférence sociale des 9 et 10 juillet 2012 intègre un volet visant à assurer l’avenir des retraites et de la protection sociale. C’est dans ce contexte que le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement a été présenté au Conseil des ministres du 3 juin 2014. Ce projet de loi, qui tend à anticiper les conséquences du vieillissement de la population sur la vie sociale et les politiques publiques, comporte plusieurs mesures en faveur d’une prise en charge plus juste et solidaire des personnes privées d’autonomie. Ces mesures témoignent de l’attention portée par le Gouvernement à l’amélioration de la place des personnes âgées dépendantes dans la société française.

27 Août

2 Comments

Syrie: la sanction

par

resistantsyrieComme tous les dictateurs Bachar El Assad est dénué de toute morale. Son peuple n’est pas un acteur mais le sujet de sa propre histoire. « L’Etat de Barbarie » pour paraphraser Michel Seurat, ne saurait l’interpeller car il ne s’agit que d’un moyen de pouvoir. Le précédent de son père lui démontre que l’histoire peut renverser tous les raisonnements. Lui qui est passé du « boucher de Damas » au « renard du Moyen Orient ». A la fin celui qui gagne devant l’histoire c’est celui qui reste au pouvoir. Le « comment » est secondaire et la situation du peuple moins encore. Alors observant le monde occidental occupé par l’Egypte, constatant que les réactions étaient somme toute mesurées, estimant que la peur de l’islamisme radical était à l’œuvre dans le monde occidental, il a décidé de frapper ce quartier de Damas qui résistait encore. Il s’agissait de terroriser la population pour qu’elle fuit. Après les attentats à Beyrouth et l’implication du Hezbollah sans réaction dans la guerre civile, c’était un pas décisif dans la reconquête. Mais ce fut la faute. Car le monde occidental est structuré par la démocratie d’opinion et celle-ci ne pouvait supporter l’horreur de ces enfants morts la bave aux lèvres. Personne ne pouvait rester les bras ballants devant ce qui peut être aussi un test. La rupture du traité sur les armes chimiques appelle sanction du régime. Il y va de la cohérence d’un monde rendu dangereux par son incohérence. Il ne s’agit pas d’une intervention comme au Mali. Mais une sanction des pays qui en ont les moyens au nom du droit international qui a été bafoué par un acte barbare épouvantable. La Russie ne protestera pas au point de mettre en péril son G20 ni ses Jeux Olympiques d’hiver. Reste l’ampleur de la sanction. Ce n’est pas une mince décision. Où ? Quand ? Comment ? Avec qui ? Cela se discute en ce moment. Mais pas la nécessité de sanctionner.

24 Août

Commentaires fermés sur Liban, un attentat de trop

Liban, un attentat de trop

par

attentatlibanHier, une fois de plus, un attentat a frappé la ville de Tripoli tuant 42 personnes et des centaines de blessés. Ce crime, à forte connotation confessionnelle, ayant un lien évident avec le contexte dramatique syrien, vient aggraver l’équilibre toujours plus fragile d’un pays multiconfessionnel qui tente de se construire dans la tolérance mutuelle et le vivre ensemble.

Après les événements tragiques des bombardements massifs et chimiques cette semaine dans la banlieue de Damas, cette nouvelle attaque doit susciter une réaction unanime de condamnation contre le terrorisme et de soutien indéfectible à la cohesion et la souveraineté du Liban.