Mustapha Ben Jaâfar tente de débloquer la crise tunisienne

par · 8 août 2013

tunisieEn décidant de suspendre les travaux de l’Assemblée Nationale constituante, Mustapha Ben Jaâfar a non seulement légitimé l’orientation centriste dans la révolution qui fut la sienne depuis le début, il a aussi pris de cours son allié Ennahda et l’oblige à faire de la position de Ettakatol, le parti de Ben Jaâfar sa position. En effet, ces derniers avaient déjà lors de la précédente crise exigé un gouvernement d’union nationale. Et Ennahda l’avait refusé. Là en suspendant l’ANC il donne des gages à l’opposition laïque tout en les mettant aux pieds du mur. Et il contraint Ennahda à ouvrir la perspective d’un gouvernement d’union nationale. Cela sera t-il suffisant ? La mesure est juridiquement contestée. Chaque camp enregistre le pas, tout en mettant des conditions. Mais chacun a dû faire un pas. La deuxième initiative de Ben Jaâfar est de mettre L’UGTT au centre du jeux. Pour éviter une situation à l’égyptienne. De toute façon, l’armée tunisienne n’a pas le rôle que celle de l’Egypte. Seule l’UGTT peut jouer le rôle de facteur d’ordre. Déjà avec le syndicat patronal ils soutenaient de fait la position de Ben Jaâfar : Gouvernement d’union nationale mais pas de dissolution de l’Assemblée Nationale Constituante. L’UGTT est elle aussi à la croisée des chemins.

La révolution tunisienne joue une carte majeure. Elle a besoin d’union comme le suggérait François Hollande devant l’Assemblée Nationale Constituante. Sur la ligne de feu qui va de Rabat à Damas et engage l’avenir de la méditerranée et donc de l’Europe.

Une solution d’union et une constitution solide avant des élections rapidement sera un nouveau pas pour tout le Maghreb pendant que les négociations continuent entre Palestiniens et Israéliens à Washington, que l’Iran cherche sa voie moyenne, que le Maroc fait face à une nouvelle crise, la Syrie agonise, et la Libye se « tribalise ». En attendant, le nouveau round Egyptien post ramadan, un pas vers la stabilité en Tunisie serait bien venu.