Martin Luther King

par · 28 août 2013

lutherkingImaginez les Etats-Unis, superpuissance du monde libre, cette grande nation, venue libérer la l’Europe du nazisme, abritait en son sein un régime d’apartheid.

En 1863, le Président Abraham Lincoln abolissait l’esclavage – quinze ans après la France, mais malgré la promesse faite aux Noirs d’avoir les mêmes droits que les Blancs, avec, pour démarrer dans la vie, 40 acres et une mule, il fallut encore un siècle pour passer de l’abolition à la déségrégation.

Lois raciales dans le Sud, séparation, justice d’exception, préjugés, lynchages, intimidations au moment des élections, tel était le quotidien de ces noirs.

Même s’ils donnèrent leur sueur pour la prospérité économique du pays dans les champs de coton du sud ou dans les usines du nord, même s’ils donnèrent leur sang pour la liberté en servant de chair à canon dans les premières lignes des batailles en Europe, ils n’eurent toujours pas l’égalité des droits.

L’Histoire du mouvement des droits civiques, incarnée par Martin Luther King, Prix Nobel de la Paix et martyr de sa cause puisqu’il fut assassiné, est connue. Mais sa signification politique demeure intacte et d’une grande actualité.

Ce mouvement non violent réinventa la désobéissance civique, il innova dans les formes de mobilisation qui inspirèrent les mouvements contestataires des années suivantes.

Les marches de ces années comme celle de Selma ont certainement ouvert les portes de Washington à Obama…

Le discours de Martin Luther King est un vibrant plaidoyer pour l’égalité et la justice. Il démontre que l’identité et la dignité humaine ne sont rien sans la pleine jouissance des droits et l’accès aux opportunités comme l’éducation, l’emploi, le logement et une retraite décente.

Le Parti démocrate a payé cher ce soutien à la cause des droits civiques car il perdit ses bastions historiques du Sud, mais le mouvement était en marche.

De ce côté-ci de l’Atlantique, les marches continuent. Trente ans après la Marche des Beurs, tout n’est pas gagné. Il y a eu des victoires éclipsées par des reculs, mais on avance.

Nous n’oublions pas que ces pages d’Histoire furent aussi écrites avec le sang et les larmes de milliers de personnes matraquées ou assassinées par ceux qui refusaient que le monde change.

C’est l’honneur de la gauche de puiser aussi son inspiration dans cette histoire pour continuer à mener dans le monde entier le combat contre toutes les injustices.

La vidéo: