Le mensonge irakien protège Assad

par · 29 août 2013

powelusamensongeLa décision de Georges W. Bush et Tony Blair d’intervenir en Irak sur la base de fausses preuves a créé un traumatisme majeur. Les Etats-Unis ont gagné la guerre mais par cette faute ont perdu l’honneur de la faire. Aujourd’hui fort de ce fâcheux précédent Bachar-El-Assad se voit offrir un bouclier dans une partie de l’opinion. Apportez la preuve avant de frapper ! Evidemment il est peu probable que celle-ci soit à 100% intangible. On imagine mal les auteurs laisser leurs marques dans ce genre d’affaire. Le déplacement de la polémique de la barbarie du régime à la nature de la preuve sont signifiantes du désarroi des nations face aux dictatures. L’anti américanisme que Barack Obama redoute fait le reste. Les démocraties sont dans une tenaille paralysante, l’horreur de la répression du boucher de Bagdad et l’horreur des conséquences de leur sentence. La politique est congédiée. Bush voulait aller en Irak pour des raisons idéologiques dictées par les néo-conservateurs. Obama ne veut pas y aller car il veut changer d’axe stratégique: l’Asie et la reconstitution de l’économie américaine. La poudrière au Moyen-Orient ne va pas exploser, elle a implosé. La dissémination des armes chimiques malgré les traités est une réalité et le principe de précaution est bien de sanctionner ceux que s’en sont émancipés. Il s’agit que chacun sache qu’il y a un prix à payer à gazer les peuples. L’Iran regarde sans trop crier et le Hezbollah laisse entendre que si l’opération n’était que punitive, il ne bougerait pas. Il ne s’agit pas de déclarer la guerre à Bachar-El-Assad. Il s’agit de déclarer la guerre à l’utilisation des armes chimiques. Cela va affaiblir Bachar-El-Assad ? Que ceux qui veulent le défendre s’avancent !