Hollande / Rohani

par · 25 septembre 2013

hassan-rohaniLa France brocardée pour avoir dédaigné l’Iran, moquée pour être isolée dans la guerre civile syrienne, se retrouve être le seul pays à ouvrir le dialogue en dehors de Poutine avec l’Iran. Et ceci sans rien renoncer sur le départ de Bachar-El-Assad, sans avoir cédé sur le nucléaire iranien. Et sans en avoir rabattu sur la pression coercitive pour obtenir la mise sous séquestre de l’armement chimique syrien. Mieux c’est maintenant la Russie qui concède la contrainte pour obliger. Comme quoi la France est moins spectatrice que l’on veut bien le dire. Certes l’Iran a choisi le pas vers la France. Mais c’est donc qu’il présentait un intérêt, qu’il était représentatif et préparé. Certes la Russie a négocié cette attitude avec les Etats-Unis, mais après avoir abandonné la thèse d’Al-Nosra responsable de l’attaque chimique, après avoir reconnu que le régime syrien avait un arsenal et qu’il fallait le détruire. C’est maintenant l’acceptation de la contrainte. Voilà qui devrait permettre de revisiter la pertinence de la diplomatie française dans ce conflit.