C’est insupportable !

par · 29 septembre 2013

nouvelobs– Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls estime qu’une minorité seulement des Roms a un projet d’intégration en France. « Ils ont des modes de vie en confrontation. Et cela veut bien dire que les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie », assure-t-il. Un ministre de gauche dans un gouvernement de gauche peut-il affirmer qu’une minorité ne peut pas s’intégrer en France ?

Jean-Christophe Cambadélis : Quand on est un ministre de gauche, on applique la loi. La loi, c’est celle du 24 juillet 2006 mais aussi la circulaire d’août 2012 que les ministres ont signé. C’est ce qu’à rappeler justement le Premier ministre, Jean Marc-Ayrault. C’est cela que doit appliquer Manuel Valls.

– Il n’y a donc aucune ressemblance entre le discours de Nicolas Sarkozy à Grenoble en août 2010 et celui de Manuel Valls cet été ?

Non, il n’y a aucune ressemblance. Le cœur du discours de Nicolas Sarkozy, qui est celui de Patrick Buisson, fut la criminalisation de l’immigration avec cette fameuse phrase : « Nous subissons les conséquences de 50 années d’immigration insuffisamment régulées qui ont abouti à un échec de l’intégration « . C’est le cœur même de l’argumentation frontiste. Manuel Valls ne dit jamais cela. Il applique la loi.

– Pourtant, les propos du ministre de l’Intérieur sont contestés au sein de la majorité et au sein du gouvernement…

– Les polémiques entre ministres au sein du gouvernement deviennent intolérables. Elles doivent cesser. Le Premier ministre, qui est le chef du gouvernement, fixe une ligne politique. Et quand on est ministre, on la suit. Un ministre ne doit pas être le représentant de son parti politique ou de son courant politique. Chaque fois il y a une polémique pour venir obscurcir les succès du gouvernement.

Quant à la majorité, elle doit réagir. Si nous continuons sur cette voie, les élections municipales vont être difficiles et les élections européennes catastrophiques. C’est surtout la France qui tombera dans les mains d’un national poujadisme et cela aura sérieuse conséquence sur le redressement du pays.

– Comment expliquer un tel manque d’unité au sein de la majorité et du gouvernement ?

Ce manque d’unité est dû à des enfants gâtés. C’est de la tactique politicienne pour des intérêts personnels. Et cela touche l’ensemble des familles de la majorité qui sont en proie à des interrogations. Chez les Verts, Noël Mamère démissionne et Pascal Durand le secrétaire national jette l’éponge. Du côté du Parti communiste, il y a de nouveau une vraie division. Jean-Luc Mélenchon veut fonder un nouveau Front de gauche après les élections municipales car il ne veut pas entendre parler du Parti socialiste. Les radicaux font battre le gouvernent au Sénat. Et au PS, nous enquillons les polémiques : les impôts, le pouvoir d’achat, l’intégration des Roms et le non-cumul des mandats.

– Concrètement, vous appelez à une unité renouvelée ?

J’appelle à une prise de conscience collective. Il faut un sursaut de la majorité présidentielle. Chacun doit prendre ses responsabilités. Sinon, c’est le Front national qui sera gagnant. Ce que veulent les Français, ce ne sont pas des querelles. Ils souhaitent que le chômage baisse et un redressement productif.

– Cette unité perdue n’est-elle pas le fait d’un manque de débats de fond au sein de la majorité ?

A sein du Parti socialiste, il existe des discussions. Elles se font de vive voix mais elles ne se transforment pas en polémique. Le débat existe et à sa place.

Les commentaires2 Commentaires

  1. topaz dit :

    Hollande botte en touche. Mais que fait Jean-Marc Ayrault ? Y-a-t-il encore un premier ministre à Matignon ? L’ambiance est délétère à l’approche des municipales. Comment est-il possible de remettre la France sur les rails lorsque l’on est incapable de mettre de l’ordre dans son gouvernement ? Ce sont tous les Français qui s’interrogent. Lorsqu’ils auront répondu à la question, la gauche n’aura plus de question à se poser !

  2. topaz dit :

    Sans comparaison avec personne, même si cette jolie place Beauvau héberge des ministres de tempérament, Manuel Valls fait le job qui lu a été confié, et il l’assume avec courage et conviction, même sur le terrain sensible qui peut heurter une certaine idéologie de gauche. Duflot agace et énerve et Mélenchon tient des propos intolérables et dépréciateurs. Surprenant de la part d’un politique intelligent qui a des vellléités de leader !