Les commentaires3 Commentaires

  1. zarka dit :

    Ne jamais oublier qu’après la majorité de front populaire en 1936, il y a eu les décrets lois radicaux socialistes de 1939 , et le vote des pleins pouvoirs à Pétain en 1940 à Vichy.
    Après la gauche plurielle de Jospin de 1997 -2002 et son train de privatisations (EDF et GDF entre autres), le Pen a titillé Chirac au second tour et ouvert un boulevard à Chirac et Sarkozy de 10 années tranquilles.
    Après la gauche rose vert jaune de 2012, tout est possible. Y compris la guerre, Fabius voulait la déclencher en Syrie et ce n’est que partie remise.
    L’union et la trahison vont souvent bien ensemble, y compris quand les socialistes sont au pouvoir et mènent une politique pro OTAN, pro UE pour laquelle ils n’ont pas vraiment de mandat.

  2. topaz dit :

    Dans le contexte et l’ambiance du moment, avec un exécutif au plus bas dans les sondages, avec des électeurs de gauche qui votent FN, on ne comprend pas pourquoi le parti socialiste, censé être le rempart du pouvoir contre l’agresseur, ne change pas de tête. Le sursaut, l’action, c’est maintenant !

  3. topaz dit :

    Face au pragmatisme de Christophe Barbier, c’est pas si mal parce que c’était pas facile, comme de nager dans le grand bain avec les requins sans se faire manger ! Dans l’hémicycle les députés qui s’expriment ne font pas la sieste et ils ont droit au respect et à l’écoute.