Le Parti socialiste salue la mémoire de Peter Schieder

par · 12 octobre 2013

schieder

C’est avec tristesse que nous avons appris hier soir le décès de Peter Schieder, l’ancien secrétaire général du SPÖ à l’époque du chancelier Fred Sinowatz après une longue maladie.

Peter fut membre du parlement autrichien pendant 25 ans. C’était une des grandes figures de la social-démocratie autrichienne. Un de ces camarades dont les convictions de socialiste, d’internationaliste et d’européen, en faisait un homme d’état respecté.

Il avait longtemps participé au gouvernement à Vienne et récemment, président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Journaliste, spécialiste des questions d’environnement, Peter Schieder avait entamé sa carrière politique très tôt au sein des jeunes socialistes autrichiens. Un des dirigeants de la IUSY dans les années 1960 puis secrétaire général du SPÖ. Mais surtout, Peter était une des acteurs de la politique étrangère du SPÖ.

Il était un ami d’enfance du président autrichien Heinz Fischer.

Nous adressons nos salutations et nos condoléances à son fils Andreas et au reste de sa famille ainsi qu’à nos camarades du parti social-démocrate d’Autriche.

Les commentaires3 Commentaires

  1. topaz dit :

    Dans les premiers commentaires sur les résultats de Brignoles, Copé et Fillon feraient mieux de se taire. Ils devraient au contraire s’interroger !

  2. topaz dit :

    Ce soir, 13 octobre 2013, l’heure est grave. Malgré l’appel fort à faire front républicain, Laurent Lopez gagne largement à Brignoles.
    Marine Le Pen appuye là où ça fait mal et se la joue un peu Jeanne d’Arc, qui renvoie les Français à un choix personnel en conscience et pas aux consignes d’un parti politique. Elle se veut le parti patriote d’un autre choix, le parti « melting pot » de tous les déçus de la république. Elle ne veut plus des votes par dépit ou par défaut de l’époque de son père, elle revendique un vote d’adhésion à son parti « unis les Français sont invicibles ».
    Lorsqu’elle dit « nous n’en voulons pas aux immigrés ou aux clandestins, mais aux politiques qui les font ou laissent venir. C’est criminel, nous avons un devoir envers les Français qui veulent être prioritaires dans leur propre pays » … Quel est le Français, de droite ou de gauche ou sans couleur politique, qui rame dans son quotidien et qui ne maitrise pas bien la politique, qui peut ne pas être d’accord avec ces propos de Marine Le Pen ?

  3. topaz dit :

    L’UMPS, formations et contraction si chères à Marine Le Pen dans son combat, est co-responsable des sondages alarmistes. Ne pas aller voter ou voter autrement, c’est la tentation du moment de nombreux Français, cadres ou ouvriers, de sensibilité de droite ou de gauche. C’est grave et c’est endémique. Dans le marigot politique, la gauche patauge et la droite se combat, la dette explose, la France va de plus en plus mal. Quid de la contre-offensive ? La gauche au pouvoir et la droite dans le fantasme du retour au pouvoir doivent réagir, parce que dans cette quête du pouvoir aveugle, dans cette fuite en avant, c’est la République qui est en danger et le Graal nationaliste qui devient accessible.