Le droit et l’indignation !

par · 16 octobre 2013

lucieaubracDans l’affaire Leonarda, Manuel Valls a raison de dire que ses services respectent le droit. Personne ne peut lui en tenir grief. La loi est la loi. Mais le Parti socialiste a raison de s’indigner de l’exécution de la loi. Nous sommes au coeur de la controverse où l’opinion est bringuebalée d’une position à l’autre. Une opinion à cran, qui peut tout à la fois s’emporter sur la réalité ou le fantasme du « trop plein » d’étrangers sur fond de xénophobie rampante en Europe, mais qui peut tout autant s’enflammer pour Lampedusa ou la jeune Leonarda.

Un ministre de l’Intérieur, surtout dans le moment que nous vivons, doit faire respecter la loi. Il n’est pas interdit cependant, surtout dans le moment électoral que nous traversons, de comprendre que les Français, particulièrement de gauche, sont indignés des morts en Méditerranée ou de la descente d’un bus d’enfants d’une adolescente intégrée.

L’Etat est un monstre froid mais le peuple est passionné. Voilà pourquoi s’il faut toujours respecter la loi, la politique est un art d’exécution. Il n’est pas interdit d’être humain ou de comprendre qu’un excès de zèle va enflammer la plaine. En l’occurrence le préfet et le maire de la ville, car dans cette affaire Manuel Valls n’en peut mais… . D’autant qu’il semblerait que le cas était en voie de résolution. En même temps, il n’est pas interdit de s’interroger sur ce que permet la loi. Quand on pense que la jeune Kosovar a été arrêtée sur le parking du collège Lucie Aubrac. Cela laisse pensif…