Mois novembre 2013

30 Nov

Commentaires fermés sur La remobilisation

La remobilisation

par

jcc manif 30112013Avec la CGT, la CFDT, l’UNSA  et tant d’autres, avec Sandrine Mazetier, Harlem Désir, David Assouline ou Pierre Kanuty, nous avons manifesté ce jour à Paris et dans toute la France. Encore une fois car le racisme est toujours là.

Si dans les années 8o il était l’apanage des beaufs, la xénophobie est  devenu un argument de promotion politique. Le FN a fait de cette question son fond de commerce. La mobilisation est devenue à nouveau nécessaire d’autant que le phénomène est continental. Il souffle en Europe le très  mauvais vent du nationalisme anti-musulman de la xénophobie.

Alors réveiller les consciences, rappeler les enjeux, ériger les barricades des valeurs et des principes est devenu urgent dans cette période de chômage de masse et de poujadisme catégoriels.

Voilà des mois que nous cessons de sonner l’alarme, cela bouge lentement mais sûrement. Après une phase de décomposition et de relâchement, la repolitisation est en marche. La remobilisation est en cours.

catégorie Actualité, Ecrits, Expressions

Tag , ,

27 Nov

Commentaires fermés sur Enfin !

Enfin !

par

IMG_5481L’ensemble des forces de gauche et les écologistes ont dit stop !

Voilà des mois que la France est traversée par le vent de la xénophobie. Voilà des mois que le Front national surfe sur cette vague. Voilà des mois que la préférence nationale reconvertie en « priorité nationale » gangrène l’espace public. De glissements sémantiques en clins d’œil, de discours de proximité en appel du pied, chacun s’est mis à vouloir récupérer ces français égarés en abaissant les barrières républicaines. La droite a perdu à ce jeu ses repères, mettant sur le même plan le FN et le PS jetant ainsi la confusion, ou laissant entendre que le FN est un parti comme les autres.

Dans la partie qui commence entre le FN, la droite et la gauche, le front républicain est nécessaire et l’union de la gauche et des écologistes une obligation. Ce soir la gauche est rassemblée pour la défense de la république, car elle est en danger via l’extrême droite et le tout marché. La droite est maintenant au pied du mur. ENFIN !

27 Nov

Commentaires fermés sur Afghanistan : le Parti socialiste condamne l’assassinat d’employés humanitaires

Afghanistan : le Parti socialiste condamne l’assassinat d’employés humanitaires

par

logops160Sept employés afghans de l’ONG française, l’Agence d’aide à la coopération technique et au développement, ACTED, ont été assassinés aujourd’hui dans la province de Faryab, au nord de l’Afghanistan, par des insurgés talibans.

Le Parti socialiste condamne vivement ces meurtres, et exprime ses condoléances les plus sincères auprès des familles des victimes. Il exprime sa solidarité dans cette épreuve douloureuse avec tout le personnel d’ACTED, dédié à des activités humanitaires en Afghanistan depuis des années.

Le Parti socialiste saisit l’occasion de cette tragédie pour faire part de son inquiétude sur les développements politiques et sécuritaires en Afghanistan à un an du retrait de l’OTAN et à cinq mois d’une importante élection présidentielle. Il observe aussi avec une grande appréhension les tentatives pour rétablir des lois et des pratiques révolues à la chute du régime taliban, à l’instar des lapidations des jeunes qui quittent la maison familiale avant le mariage. Cette semaine, une jeune fille et un jeune garçon ont été sauvagement exécutés par un conseil tribal.

26 Nov

1 Comment

L’absence d’alternative nuit gravement

par

imagesSi le pouvoir est contesté tout azimut, il voit monter à lui toutes les demandes parfois contradictoires, souvent incompatibles, à la vitesse du redressement national en terme de déficit. Le débat depuis l’alternance en 2012 est devenu tous contre un et a perdu la centralité du débat gauche/droite.

La défaite de Nicolas Sarkozy, la neutralisation baroque Copé/Fillon, l’OPA d’un bloc réactionnaire sur la droite classique à dynamique frontiste, l’autonomisation de l’UDI, le rapprochement avec le Modem, le retour paralysant pour la droite d’un Sarkozy présent/absent, le refus de tout inventaire, tout conduit à une droite évanescente malgré sa virulence.  Celle-ci n’a ni projet, ni programme, ou de vagues propositions tellement violentes pour le corps social qu’elles sont à peine assumées. Au point qu’un leader de droite a cru bon s’écrier à la demande de dissolution de l’Assemblée Nationale « surtout pas ! On est pas prêt ».

La stratégie du dénigrement ne profite pas à l’UMP. Mais elle libère toutes les colères et les surenchères. Il s’ensuit une gauche seule sur le ring sans réelle alternative, boxant dans le vide sous les quolibets et les jets de toutes sortes.

Le Général de Gaulle avait en face de lui François Mitterrand, Jacques Chirac avait lui Lionel Jospin et Nicolas Sarkozy Martine Aubry après un début calamiteux. Mais ici rien ! Aucune alternative crédible !

Il ne s’agit pas de disculper la gauche de ses difficultés, erreurs ou approximations. Il s’agit de comprendre les conditions dans lesquelles agit la gauche. Il s’agit de souligner que l’absence d’alternative nuit gravement à la démocratie… La droite en crise participe de la crise.

catégorie Actualité

Tag ,

26 Nov

Commentaires fermés sur Rénovation thermique: question à Monsieur le Ministre du Redressement productif

Rénovation thermique: question à Monsieur le Ministre du Redressement productif

par

rénovation thermique

Question publiée au JO le : 26/11/2013 page : 12292

M. Jean-Christophe Cambadélis appelle l’attention de M. le ministre du redressement productif sur les difficultés de la filière thermique électrique française. Ces difficultés ont pour cause principale les lourdes contraintes que fait peser sur elle la réglementation thermique 2012, dite RT 2012. Pour rappel, cette réglementation prévoit les caractéristiques techniques et les critères de performance énergétique devant être respectés par la construction neuve. Les contraintes techniques imposées aux solutions électriques sont telles que celles-ci sont en voie de disparition pure et simple du marché de la construction neuve alors qu’elles sont l’une des clés de la transition énergétique. Dans sa version actuelle, la RT 2012 contribue à la fois à une dépendance accrue de notre pays aux énergies fossiles importées qui creusent notre déficit commercial et à la grande fragilisation de la filière thermique électrique française face à la concurrence d’équipements électriques de faible qualité issus de pays tiers. Cette filière est pourtant l’une des filières françaises les plus performantes et prometteuses, exportatrice et créatrice d’emplois. Près de 200 000 emplois directs, indirects et induits sont menacés. La RT 2012 présente des incohérences manifestes avec les engagements de notre pays en matière d’efficacité énergétique et de lutte contre le réchauffement climatique. Il lui demande de lui préciser la position du Gouvernement sur ce sujet et si une nouvelle discussion visant à corriger les déséquilibres constatés est envisagée.

Réponse publiée au JO le : 25/02/2014 page : 1823

Conformément à l’article 4 de la loi du 3 août 2009, la RT 2012 a pour objectif de limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWhEP/ (m2. an) en moyenne, tout en suscitant : – une évolution technologique et industrielle significative pour toutes les filières du bâti et des équipements ; – un très bon niveau de qualité énergétique du bâti, indépendamment du choix de système énergétique ; – un équilibre technique et économique entre les énergies utilisées pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire. La RT 2012 est avant tout une réglementation d’objectifs. Elle comporte : – 3 exigences de résultats consommation d’énergie primaire, besoin bioclimatique, confort en été, – quelques exigences de moyens, limitées au strict nécessaire, pour refléter la volonté affirmée de faire pénétrer significativement une pratique (recours aux énergies renouvelables en maison individuelle par exemple). Afin de répondre à ces différents objectifs, une large concertation pour l’élaboration de la RT 2012 a été menée avec la participation de l’ensemble des acteurs de la construction de septembre 2008 à octobre 2010. Elle a conduit à la signature des décrets et arrêtés relatifs à cette réglementation le 26 octobre 2010 et à une convention de mobilisation pour la mise en œuvre de cette évolution réglementaire signée par l’ensemble des fédérations représentant les maîtres d’ouvrage. Cette concertation a donné lieu, en particulier, à sept conférences consultatives pendant lesquelles ont été présentés la progression des travaux et les équilibres technico-économiques obtenus par le calage des exigences. Les résultats présentés se sont appuyés sur plusieurs milliers de simulations réalisées par des bureaux d’études experts de l’application de la réglementation thermique, à partir de l’outil de calcul de la RT 2012 spécialement développé et diffusé à cet effet. Ces calculs ont été réalisés à partir de descriptifs de bâtiments BBC réels, alors en cours de construction ou déjà construits. Ainsi, les exigences de la RT 2012 ont été déterminées en recherchant l’optimum technico-économique et en s’appuyant sur de très nombreuses simulations. L’entrée en vigueur de la RT 2012 engendre une forte amélioration de la performance énergétique des bâtiments neufs et une réduction des émissions de gaz à effet de serre associées. Ceci se traduit également par une meilleure conception bioclimatique, une isolation renforcée et la généralisation des techniques les plus performantes. Un large bouquet de solutions techniques répondant aux exigences est disponible et à coûts proches, ce qui favorise la concurrence et la baisse des prix. La RT 2012 a été élaborée avec un objectif d’équilibre technico-économique entre les différentes filières énergétiques et permet à toutes les solutions techniques performantes de trouver leur place. La performance énergétique du bâtiment est déterminée à partir de l’efficacité des produits constituant et équipant le bâtiment, pris en compte dans le respect des règles communautaires de libre circulation des produits dans l’espace économique européen. La RT 2012 permet d’apporter une contribution majeure pour répondre aux enjeux liés à la réduction des consommations d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre dans la perspective de la transition énergétique. Elle a été élaborée dans le cadre d’une large concertation qui aura duré plus de deux ans. Ainsi, il n’est pas envisagé de revoir les exigences de cette réglementation.

 

26 Nov

Commentaires fermés sur CPAM, dématérialisation des procédures: question à Madame la Ministre des affaires sociales et de la santé

CPAM, dématérialisation des procédures: question à Madame la Ministre des affaires sociales et de la santé

par

facade-AN

Question publiée au JO le : 26/11/2013 page : 12218

M. Jean-Christophe Cambadélis interroge Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les caisses primaires d’assurance maladie (CPAM). Les accidents du travail peuvent être déclarés en procédure dématérialisée par les employeurs qui notifient l’envoi par pli recommandé. En revanche, les caisses primaires doivent impérativement confirmer leur conclusion par accusé de réception. Ce surcoût est supporté par les CPAM sur leur budget de fonctionnement. Celles-ci ont estimé ce coût en moyenne entre 120 000 et 150 000 euros (chiffres 2010 : 135 541 euros). Il demande dans quelle mesure le Gouvernement peut simplifier cette procédure en télétransmettant par exemple les déclarations évoquées ci-dessus, et en permettant aux envois électroniques de retour d’avoir une valeur juridique.

26 Nov

Commentaires fermés sur Radios associatives, conséquence du gel budgétaire: question à Monsieur le Ministre de l’Économie et des finances

Radios associatives, conséquence du gel budgétaire: question à Monsieur le Ministre de l’Économie et des finances

par

facade-AN

Question publiée au JO le : 26/11/2013 page : 12252

M. Jean-Christophe Cambadélis alerte M. le ministre de l’économie et des finances sur les conséquences du gel budgétaire à hauteur de 6 % des crédits du Fonds de soutien à l’expression radiophonique pour les radios associatives. En effet, si une telle disposition était appliquée, elle mettrait immédiatement en péril l’activité de ces radios et des emplois qu’elles ont réussi à créer, puis pérenniser. Le secteur de la radiodiffusion associative compte actuellement 2 800 salariés et constitue le 1er employeur radio en France. Cette mesure serait d’autant plus injuste que les crédits du FSER proviennent d’une taxe prélevée auprès des régies publicitaires des radios et télévisions. Si cette situation critique dans laquelle ils sont se dégradait encore plus, ils ne pourront plus financer les emplois et donc assurer la majeure partie de leurs actions au service des citoyens et de la vie associative et risque à terme de disparaître. Il lui demande donc s’il envisage la levée du gel budgétaire 2013 et le maintien de l’enveloppe du FSER à hauteur de 29 millions d’euros pour 2014.

 

Réponse publiée au JO le : 11/02/2014 page : 1332

Le Fonds de soutien à l’expression radiophonique locale (FSER) est essentiel au dynamisme des radios associatives qui animent le débat citoyen et tissent le lien social sur l’ensemble des territoires. C’est pourquoi la réserve de précaution qui portait sur le budget 2013 a été intégralement levée à la fin de l’année. Quant au niveau du Fonds en 2014, il sera de 28,8 M€ – soit un recul de 0,7 % – ce qui témoigne, dans le contexte particulièrement tendu des finances publiques, d’une volonté du Gouvernement de ne pas dégrader ce soutien crucial aux radios associatives.

 

24 Nov

2 Comments

Iran : accord intermédiaire !

par

accord iranLa volonté américaine d’éteindre tous les foyers de tension périphériques pour mieux agir sur un accord israélo-palestinien et les conséquences d’un embargo sur l’Iran confinant au blocus. La concomitance du tournant stratégique de l’Amérique Obama vers le Pacifique et des conséquences des émeutes anti Ahmadinejad lors de sa réélection ébranlant le régime conservateur iranien et le guide de la révolution ont conduit à un « wait and see » sur le nucléaire iranien. Une sorte d’accord intermédiaire  où les puissances occidentales desserrent l’étau contre une pause vérifiable dans la marche  au nucléaire militaire iranien.

Ces préliminaires où la France a obtenu en dernière minute un accord sur la centrifugeuse ne sont pas une fin mais un moyen. Ne serait-ce qu’Al-Walid Ben Talal le négociateur de l’Arabie saoudite a déclaré l’Iran est plus dangereux que Israël. La pression sur les Etats-Unis fut et sera grande.

Nous sommes dans une étape intermédiaire, un compromis qui se dénouera dans un sens ou l’autre. Raison de plus pour espérer dans la vigilance !