L’alternative à qui ?

par · 6 novembre 2013

borloo bayrou

Le ministre de Nicolas Sarkozy appuyé sur le ministre de Jacques Chirac, la nonchalance et l’arrogance se soutenant l’un l’autre, ont proclamé leur union civile. Celle-ci a un nom : « l’alternative ».

Très bien ! Mais à qui ? A François Hollande dit Jean-Louis Borloo. Pas seulement répond François Bayrou, à Nicolas Sarkozy aussi.

L’alternative dans la corrida, c’est le droit d’être matador ou taureau. Jean-Louis Borloo voit dans François Bayrou une image nécessaire aux élections européennes qui le confortera. François Bayrou voit dans Jean-Louis Borloo le moyen de se blanchir pour la mairie de Pau qui le relancera. Borloo est persuadé que François Hollande un jour ou l’autre dissoudra et qu’aucun UMP ne voudra et que François Hollande offrira ce que Nicolas Sarkozy lui a refusé. François Bayrou est persuadé que François Hollande ne dissoudra pas, Nicolas Sarkozy reviendra et Jean-Louis Borloo devra choisir entre lui et l’ex, même si les deux hommes font semblant de croire en Alain Juppé.

Dans ce centre à deux têtes il y en a un de trop. Étonnant Borloo: il avait réuni toutes les conditions pour être le premier des centristes et au dernier moment il partage son trône avec celui qui n’avait plus rien et le lui contestera. Étonnant Bayrou: il fait la leçon d’homme d’État à Paris mais révèle son visage politicien pour la mairie de Pau. L’homme trop sûr de lui pense qu’on ne le calcule pas.

Ce qui est encore plus fascinant c’est le choix du sigle UDI-MODEM. L’alternative ! C’est freudien, tout est signifié, l’un est l’alternative de l’autre. Décidément cet accord révèle l’inconscient des deux hommes.