Ils veulent briser la gauche

par · 12 novembre 2013

160513hollandeLes mouvements en cours ont une apparence de jacqueries antifiscales. Il y a en réalité un bloc extrême-droite, droite radicalisée pour briser la gauche de gouvernement.

Ce mouvement refuse le changement, c’est-à-dire la modernisation de la France. Utilisant la réduction des déficits qu’ils nous ont laissés, les droites se sont radicalisées dans leur combat contre le mariage pour tous. Elles ont fusionné dans le refus de l’étranger. Elles exultent dans la lutte contre l’impôt. Les événements du 11 novembre 2013 démontrent que ce bloc réactionnaire est prêt à tout pour briser la gauche de gouvernement, le mot d’ordre commun était « Hollande démission ».

La réaction de Marine Le Pen dénonçant les arrestations préventives du Ministre de l’Intérieur est un aveu au moins de présence. Tout le monde a vu dans le lancement de l’action en Bretagne l’union d’un Marc Le Fur déchaîné et radicalisé à droite du Front National, trouvant dans les professionnels de l’agroalimentaire sinistrés et des agricultures angoissés par la montée des coûts de production, l’instrumentalisation d’une angoisse. Si on peut ou on doit comprendre la colère, il ne faut pas la mettre sur le même plan que les récupérateurs qui prétendent parler au nom du peuple. Mais de grâce ne confondons pas des tentatives réactionnaires avec la grève des camionneurs chiliens qui ont contribué au renversement de l’union populaire d’Allende. Nous n’en sommes pas là.

Mais il est temps de dire que les destructions de radars n’ont rien à voir avec l’écotaxe, mais visent à créer un climat de guerre civile pour acculer le gouvernement. Il est temps que l’on mobilise la gauche qui n’est pas passée à droite mais est l’arme au pied. Il est temps que l’on nomme qui veut l’affrontement et pourquoi. Il est temps que l’on dise que rien ne saurait justifier les violences et les dégradations. Il est temps de dire la négociation OUI, le renoncement au changement NON. Et que le changement ne consiste pas à endosser l’austérité, mais au redressement dans la vraie justice. C’est ainsi que l’on ne cédera pas aux haines comme le demande le Président.

Les commentaires2 Commentaires

  1. baron dit :

    il faut à présent que la République retrouve son autorité et soit infaillible envers les casseurs.cordialement,
    M.B.
    PS Toulouse

  2. Nicolas dit :

    Merci mr Cambadélis , je n’ai pas votre culture ni votre facilité d’expression , mais vous avez parfaitement résumé ce que je pense