Radios associatives, conséquence du gel budgétaire: question à Monsieur le Ministre de l’Économie et des finances

par · 26 novembre 2013

facade-AN

Question publiée au JO le : 26/11/2013 page : 12252

M. Jean-Christophe Cambadélis alerte M. le ministre de l’économie et des finances sur les conséquences du gel budgétaire à hauteur de 6 % des crédits du Fonds de soutien à l’expression radiophonique pour les radios associatives. En effet, si une telle disposition était appliquée, elle mettrait immédiatement en péril l’activité de ces radios et des emplois qu’elles ont réussi à créer, puis pérenniser. Le secteur de la radiodiffusion associative compte actuellement 2 800 salariés et constitue le 1er employeur radio en France. Cette mesure serait d’autant plus injuste que les crédits du FSER proviennent d’une taxe prélevée auprès des régies publicitaires des radios et télévisions. Si cette situation critique dans laquelle ils sont se dégradait encore plus, ils ne pourront plus financer les emplois et donc assurer la majeure partie de leurs actions au service des citoyens et de la vie associative et risque à terme de disparaître. Il lui demande donc s’il envisage la levée du gel budgétaire 2013 et le maintien de l’enveloppe du FSER à hauteur de 29 millions d’euros pour 2014.

 

Réponse publiée au JO le : 11/02/2014 page : 1332

Le Fonds de soutien à l’expression radiophonique locale (FSER) est essentiel au dynamisme des radios associatives qui animent le débat citoyen et tissent le lien social sur l’ensemble des territoires. C’est pourquoi la réserve de précaution qui portait sur le budget 2013 a été intégralement levée à la fin de l’année. Quant au niveau du Fonds en 2014, il sera de 28,8 M€ – soit un recul de 0,7 % – ce qui témoigne, dans le contexte particulièrement tendu des finances publiques, d’une volonté du Gouvernement de ne pas dégrader ce soutien crucial aux radios associatives.